Guerres de Vendée. LETTRE COSIGNÉE DES CONVENTIONNELS MERLIN DE DOUAI (Philippe-Antoine) et GILLET (Pierre-Mathurin), datée de Niort, le 5 juillet 1793.

Guerres de Vendée. LETTRE COSIGNÉE DES CONVENTIONNELS MERLIN DE DOUAI (Philippe-Antoine) et GILLET (Pierre-Mathurin), datée de Niort, le 5 juillet 1793.

Importante lettre du conventionnel Merlin de Douai*, représentant du Nord, contresignée par le conventionnel Pierre-Mathurin Gillet**, en qualité de « représentants du peuple près l'Armée des Côtes de Brest. Datée de Niort, 5 juillet (1793), la relation est adressée au Comité central des corps administratifs de Nantes.

En juin, les Vendéens étaient maîtres de la Loire jusqu'à l'échec de la prise de Nantes dont la défense fut organisée par Merlin, Gillet et les généraux Canclaux et Beysser. Le décès de Cathelineau mortellement blessé en juillet découragea les blancs qui se retiraient. Canclaux lançait alors une contre-attaque vers Niort, repoussant les Vendéens le long de la Loire. Au même moment à Nantes, Carrier organisait une effroyable répression tandis que le Comité de Salut Public, désormais aux mains des Montagnards réagissait vivement et montait une armée de l'ouest pour mettre fin à la contre-révolution.

« Réunis ici au général Canclaux, citoyens, pour concentrer avec lui les mesures les plus propres à balayer promptement les rives de la Loire des brigands qui les infestent, nous apprenons avec bien de l'étonnement que vous venez de prendre un arrêté par lequel vous déclaré que vous ne reconnoitrez et ne recevrez plus aucun commissaire de la Convention nationale (...).
(...) Nous avons trouvé Niort entièrement évacué par les rebelles. Les habitants paroissent avoir beaucoup souffert de leur invasion. Mais ce que vous apprendrez sûrement avec plaisir, c'est que les campagnes des environs n'ont pris aucune part à leurs dernières tentatives sur Nantes, et que l'armée qui nous y attaqués, étoit presque toute composée d'Angevins et de Poitevins. Nous attendons en ce moment le bruit d'une canonnade.
Le général Canclaux envoye à Nantes l'Adjudant général Avril pour vérifier d'où elle vient, et diriger le mouvement en conséquence. Les rapports qu'on nous fait sur l'état actuel d'Ancenis ne s'accordent pas suivant les uns. Cette ville est encore occupée par les rebelles. Suivant les autres, elle est évacuée. Demain, nous saurons positivement à quoi nous en tenir. »
Signé : « GILLET» et « MERLIN ».

2 pages manuscrites sur double feuillet in-4. Adresse au verso.
Assez bon état, petites déchirures dues à l'ouverture de la lettre.

BIOGRAPHIES :
* Philippe-Antoine MERLIN, dit Merlin de Douai pour le distinguer de Merlin de Thionville, né le 30 octobre 1754 à Arleux et mort le 26 décembre 1838 à Paris, est un homme politique et un jurisconsulte français, qui exerça son activité pendant la Révolution et l'Empire. Il fut membre de l'Assemblée nationale constituante de 1789-1791 et député du Nord à la Convention nationale1. Directeur, il est ensuite comte de l'Empire.
Il était avant la Révolution l'auteur de plusieurs ouvrages reconnus de jurisprudence, et pendant la Révolution un des rédacteurs avec Cambacérès de la loi des suspects et des projets de Code civil des Français.

** Pierre Mathurin GILLET (parfois mentionné : René Mathurin Gillet), né le 28 juin 1762 à Lanrelas1 près de Broons et mort le 4 novembre 1795 à Paris, est un homme politique français.Jeune révolutionnaire breton
Avant la Révolution, Gillet est avocat à Rochefort-en-Terre.
Rallié aux idées révolutionnaires, le jeune homme est envoyé par la ville de Rochefort à la Fédération de Pontivy en 1790. En mai de la même année il est élu membre de l'administration du département du Morbihan nouvellement créé.
Le 5 septembre 1791 Gillet est élu deuxième député suppléant à l'Assemblée nationale législative, mais ne sera pas appelé à siéger. Sept jours plus tard il est nommé procureur-général-syndic du département ce qui fait de lui, à seulement 25 ans, la plus haute personnalité politique locale.

Un jeune conventionnel de la Plaine
Le 9 septembre 1792 il est élu député du Morbihan à la Convention nationale à la pluralité des voix, le sixième sur huit. À 26 ans et quelques mois il est un des benjamins de l'Assemblée. Modéré, il siège avec la Plaine tout en ayant certaines accointances avec la Gironde.
Au procès de Louis XVI, il rejette l'appel au peuple puis choisit de voter la détention jusqu'à la paix. En revanche, il refuse de surseoir à l'exécution de l'ancien monarque.

Mission dans l'Ouest et siège de Nantes
Gillet est envoyé en mission dans les départements de l'Ouest au printemps 1793. Il destitue des administrateurs et fait arrêter des juges. De Lorient où il se trouve, il s'oppose aux journées du 31 mai et du 2 juin 1793 mais ne signe pas la pétition de protestation, ce qui lui permet d'échapper à l'arrestation. En juin, il se trouve à Nantes avec Merlin de Douai lorsque les Vendéens assiègent la cité. Le 20 juin, les chefs royalistes dont Cathelineau envoient un ultimatum au maire Baco de la Chapelle, proposant aux assiégés une retraite honorable en échange de la livraison des députés comme otages. Ceux-ci prennent peur et tentent de fuir mais sont retenus par les habitants qui coupent les rênes de leurs attelages.
Après la levée du siège, Gillet destitue le général Beysser, attaque Baco puis réclame la venue de Jean-Baptiste Carrier comme représentant en mission.
Price : 400,00 €
Destination Envoi recommandé Envoi Recommandé + Express
Shipping France 9,00 € 20,00 €
Shipping Europe 15,00 € 25,00 €
Shipping world 21,00 € 35,00 €
Insurance (1%) : 4,00 €
Reference : 18917-9

Prochaine mise à jour vendredi 21 mai à 13H30
Next update Friday 21th may at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 21. May um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).