PLAQUE SHAKO DE LA LÉGION DE L'HOHENLOHE, modèle 1816, Restauration.

PLAQUE SHAKO DE LA LÉGION DE L'HOHENLOHE, modèle 1816, Restauration.

Plaque en laiton estampée d’un écu ovale timbré de trois fleurs de lys, surmonté de la couronne royale et encadré de branches de laurier, écu est posé sur un soubassement timbré d'un autel dont le centre est estampé en relief de l'inscription « LON. DE HOHENLOHE » (H 15 cm, largeur 11 cm) bordé de chaque côté d'un heaume à l'antique.

France.
Restauration.
Très bon état.

HISTORIQUE:
Le Régiment de Hohenlohe est un régiment de l'armée des émigrés. Son nom a été repris par une unité d'infanterie française en 1816 dissoute ensuite en 1831.

Louis Aloy de Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein, prince du Saint-Empire choisit en réponse aux dérèglements de la Révolution française, d'affirmer sa double foi en l'absolutisme et au catholicisme en créant un ordre de chevalerie aussitôt mis au service de la maison de Bourbon et de la légitimité. Incontestablement, l'institution de l'ordre du Phénix s'est faite sur les principes de la religion, de l'honneur et de la fidélité au souverain légitime. En effet, tout chevalier de la Langue française doit professer la plus entière fidélité au roi, lequel soit-il, et se tenir prêt en tout temps à en soutenir les droits et défendre les intérêts.

Le prince de Hohenlohe signe, le 4 février 1792, un traité de subsides avec LL. AA. RR., les princes français, frères du roi Louis XVI. Il se met à la tête de celui des chasseurs d'Hohenlohe, que son père avait levé dans sa principauté pour le service des princes émigrés, et dont il est second colonel-propriétaire. Athanaïs Bernard Louis Claude de Tryon, vicomte de Montalembert (1768-1842), ayant rejoint la Légion de Condé en 1791, il participe à la constitution du régiment de Hohenlohe.

Le comte Armand de Firmas-Périès est alors nommé colonel attaché au régiment de Hohenlohe-Schillingsfurts. Il est fait, le 1er juin 1792, suivant, lieutenant de roi du quartier- général de S. A. S. Mgr le prince de Condé, ayant la police intérieure et extérieure de l'armée de ce prince. L'empereur d'Allemagne, François II, étant venu à Mayence, après son couronnement, le comte de Firmas-Périès est chargé, par S. A. l'électeur de Mayence, de la police de cette résidence, pendant tout le temps que le comte de Provence y séjourne.

Pendant la campagne de 1793 le comte Armand de Firmas-Périès, tout en remplissant au quartier-général de l'armée de Condé les fonctions de sa charge de lieutenant de roi, n'en marche pas moins à la tête du régiment de Hohenlohe toutes les fois que l'on va à l'ennemi. Le 17e régiment d'infanterie de von Hohenlohe participe à la bataille de Wattignies les 15 et 16 octobre 1793. En combattant ainsi, il reçoit une légère contusion, le 12 septembre 1793, à l'affaire de Bergzeborn, et est grièvement blessé à la poitrine, le 8 décembre suivant, au combat de Berstheim.

Placé à l'avant-garde de l’armée des émigrés, Louis Aloy de Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein se distingue particulièrement sous Condé dans les campagnes de 1792-1793, notamment en défense lors de la bataille de Wissembourg, en France.

En 1794, le régiment de Hohenlohe passe au service du gouvernement des Provinces-Unies. Puis il entre au service des Pays-Bas quand, encerclé par l’armée du général Pichegru, il dirige une retraite magistrale vers l’île de Bommelerwaard. Le comte de Firmas-Périès reste à l'armée de Condé. Après la conquête de la Hollande, par les Français, les régiments de Hohenlohe sont licenciés. En 1795, le comte de Provence lui adresse une lettre dans laquelle il lui dit que lors que le roi son neveu sera sur le trône il espère qu'un régiment de Hohenlohe à son service sera pour ainsi dire un monument éternel de l'attachement que le prince a manifesté à la cause royale. Il combat encore à Caldiero, à Stockak, fait les campagnes de 1796 à 1799 sur le Rhin, et plusieurs fois les effectifs du régiment sont renouvelés.

Les républicains français ayant passé le Rhin, le 24 juin 1796, le régiment de Hohenlohe est employé à l'avant-garde du corps de Condé, sous les ordres de S. A. M. le duc d'Enghien. Ce régiment soutient et couvre la retraite de l'armée autrichienne, jusque dans la vallée de la Kinzig. Le comte de Firmas-Périès fait prendre position au régiment de Hohenlohe, au château de Hohengeroldzegg; mais, les ennemis ayant forcé le passage du Knebis, il reçoit l'ordre d'abandonner le poste important qu'il occupait. Il obéit à cet ordre, en représentant toutefois au général autrichien Giulay, duquel il l'avait reçu, qu'une retraite aussi précipitée entraînerait la perte des immenses magasins rassemblés dans la vallée, et que, d'un autre côté, le corps qui se trouvait dans le Brisgau pouvait être compromis. Le comte de Firmas-Periès ayant de plus démontré la possibilité de se maintenir dans la vallée de la Kinzig, et d'imposer à l'ennemi par une contenance ferme, le comte de Giulay se rend à son avis, et se décide à reprendre sa position; mais à peine le comte de Firmas-Périès a-t-il réoccupé Hohengeroldzegg, que le canon des républicains se fait entendre dans la vallée. Le général Giulay est repoussé jusque sous les murs de Zell, et, par suite de ce mouvement, le régiment de Hohenlohe se trouve coupé du gros des forces coalisées. Dans cette situation critique, le comte de Firmas-Périès conçoit le projet hardi de tomber sur les derrières des ennemis, de les tromper sur le nombre de ses combattants, et de les forcer à la retraite. Il forme en conséquence autant de têtes de colonnes qu'il a de compagnies à sa disposition, et débouche ainsi dans la vallée de la Kinzig. Les républicains croyant alors que c'est le corps entier du prince de Condé, qui, par lu vallée de l'Arh, vient au secours de l'armée autrichienne, se retirent précipitamment. Le comte de Giulay, dès qu'il a aperçu les neuf têtes de colonnes dont nous venons de parler, a deviné la manœuvre hardie faite par le comte de Firmas-Périès, et a aussitôt marché pour le soutenir. Leur jonction s'opère heureusement. Le comte de Firmas-Périès reçoit dans cette action, une légère contusion. Il retourne, dès le soir du même jour, prendre position à Hohengeroldzegg. Il a, dans cette journée, fait une marche de près de 10 lieues, et remporté un succès important.

Le 30 septembre 1796, il est blessé deux fois au combat de Schaffenried. S. M. Louis XVIII daigne lui faire écrire, par son ministre de la guerre, une lettre aussi flatteuse qu'honorable.

L'année de Condé étant partie pour la Russie, en 1797, le comte de Firmas-Périès est chargé d'en commander la première colonne, composée d'un bataillon du régiment de Hohenlohe, de la Légion noire de Mirabeau, puis légion de Damas, infanterie et cavalerie, et enfin des régiments de Hussards de Baschi et Carneville. Le comte de Firmas-Périès est employé, par S. M. l'empereur de Russie, en qualité de second colonel du régiment de Hohenlohe; et, lorsque ce régiment perd le prince de Hohenlohe, son colonel, le comte de Firmas-Périès, en est fait colonel-commandant.

En 1799, l'armée de Condé reçoit l'ordre de partir de Russie, pour aller concourir à la défense de la Suisse, menacée par les Français; mais, lorsque ce corps arrive à sa destination, déjà presque toute la Suisse est conquise. Le comte de Firmas-Périès est placé en avant de Constance. Il reçoit, le 7 octobre 1799, plusieurs contusions et blessures légères, en défendant cette ville, qui est prise par les Français. En 1801, l'armée de Condé ayant été licenciée, le comte de Firmas-Fériés vint se fixer en Souabe.

À L'ORIGINE DE LA LÉGION ÉTRANGÈRE
La Légion étrangère est créée par ordonnance du 9 mars 1831 par le roi des Français Louis-Philippe, à l'instigation du maréchal Soult, ministre de la Guerre5. Elle rassemble, à cette date, différents corps étrangers de l'Armée française, dont les gardes suisses (issus de la paix perpétuelle signée après la bataille de Marignan), le régiment suisse de la garde royale, et le régiment Hohenlohe issu du 2e régiment étranger des armées napoléoniennes. Cette troupe nouvelle est destinée à combattre hors du Royaume (en Algérie). À l'origine, la Légion étrangère ne peut combattre qu'en dehors du territoire continental du Royaume ; la Première Guerre mondiale sera la première exception.
Price : 1 000,00 €
Destination Envoi recommandé Envoi Recommandé + Express
Shipping France 9,00 € 20,00 €
Shipping Europe 15,00 € 25,00 €
Shipping world 21,00 € 35,00 €
Insurance (1%) : 10,00 €
Reference : 21179

Prochaine mise à jour vendredi 24 Septembre à 13H30
Next update Friday 24th of September at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 24. September um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).