PISTOLET DE GENDARME DE LA GARDE DE LA MAISON MILITAIRE DU ROI, MODÈLE 1763, ANCIENNE MONARCHIE.

Vendu
PISTOLET DE GENDARME DE LA GARDE DE LA MAISON MILITAIRE DU ROI, MODÈLE 1763, ANCIENNE MONARCHIE.

Canon sur le modèle de la cavalerie 1733-1734 à cinq pans au tonnerre puis rond, matriculé « 46 », longueur raccourcie à 27 cm (la longueur d'origine réglementaire était de 31 cm), avec léger décrochement à la queue de culasse, longueur avec la queue de culasse 32,8 cm. À l'origine, sur le pan supérieur du canon est gravé « Gendarmes de la Garde », inscription qui a disparu sur l'exemplaire que nous présentons. Monture en noyer sur le modèle des pistolets de cavalerie 1733 mais avec un décor en canelure cernant platine, contre-platine, queue de culasse et canal de baguette. Toutes garnitures en laiton sur le modèle des pistolets des Gardes du corps modèle 1755, à l'exception de l'arrière de la contre-platine qui se termine par un arrondi. L'ovale du pommeau de la crosse est gravé de l'emblème des Gendarmes de la Garde avec les foudres qui tombent du ciel. Platine modèle 1754 signée de l'entrepreneur stéphanois Simon Jourjon (qui réalisa la commande de 1753 pour les Gendarmes de la Garde) avec décor d'un trait de gravure et petits rinceaux à la gorge du chien et à la pointe arrière du corps ; elle porte le poinçon de Saint-Etienne « S.E. » sous couronne ainsi qu'un « B » poinçon du contrôleur Bonnaud. Baguette en bois non du modèle.

Longueur totale du pistolet : 45 cm.
Calibre : 18 mm.

Très bon état de conservation, parties en acier avec oxydation d'usage, ressort platine avec cassure, petite enture à l'arrière de la platine (10 x 4 mm environ), réparation au bois sur le clou à l'avant de la platine (25 x 7 mm environ), réparation au bois au niveau du clou à l'avant de la contre-platine (20 x 7 mm environ), rebouche au bois au dessus de la contre-platine (30 x 10 mm environ) .

France.

Ancienne Monarchie.

NOTE :
Cet exemplaire, bien que raccourci et ayant perdu sa gravure de canon, est identique à l'exemplaire des collections du Musée de l'Armée et celui de la collection Ariès. C'est un exemplaire rare car l'effectif de la compagnie des Gendarmes de la Garde est de 210 cavaliers ramené à environ 50 cavaliers à partir de 1775 selon les mesures prises par Saint Germain, compagnie supprimée en 1787. En 1746 et 1747, les Gendarmes reçoivent le fusil. En 1763, les pistolets sont commandés à l'entrepreneurs Simon Jourjon ; commande complétée en 1775 par 50 paires supplémentaires au sieur La Tuilerie.
Reference : 11264

Prochaine mise à jour vendredi 25 Septembre à 13H30
Next update Friday 25th September at 13h30
Nächste Aktualisierung Freitag den 25. September um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).