ENSEMBLE CASQUE ET CUIRASSE DE CARABINIERS, modèle 1854, Second Empire.

Vendu
ENSEMBLE CASQUE ET CUIRASSE DE CARABINIERS, modèle 1854, Second Empire.

Le casque se compose des pièces ci-dessous décrites, à savoir :

1° Une bombe en laiton, emboutie au marteau en deux coquilles jointes par une agrafure ; elle est percée au sommet d'un trou ventouse (diamètre : 25 mm). Elle est poinçonnée «DELACHAUSSÉE» matriculée « 405 » et datée « 1856 ». H de la bombe 13,5 cm.
2° Une visière également en laiton. Sa courbe extérieure, qui présente au milieu un angle saillant très obtus, est bordée d'un cercle en métal blanc dit maillechort, posé à cheval, large de 7 mm sur chaque face rabattue, et fixé à chaque extrémité par un rivet ; elle est doublée en basane verte collée et prise dans la sertissure du cercle.
Cette visière est assemblée à la bombe par cinq rivets en laiton ; sa largeur au milieu est de 4,6 cm.
3° Un couvre-nuque en cuivre, composé de deux pièces, savoir :
Une bande circulaire sur son plat (hauteur apparente, 18 millimètres, soudée sur le bord postérieur de la bombe qu'il prolonge – La seconde pièce, soudée en dedans et au bas de la première, forme de cul-de-lampe ; les angles inférieurs sont arrondis. – Cette réunion des deux pièces du couvre-nuque forme une gorge de 5 cm de corde. Le tout est bordé en maillechort comme la visière. – Une basane noire est collée en dessous du couvre-nuque. À 4 mm en dedans de la bordure sont, de chaque côté du couvre-nuque, trois clous de fer à tête demi-sphérique.
Un bandeau en fer-blanc, estampé dans tout son pourtour de deux filets saillants, larges ensemble de 5 mm. Il est adhérent à la bombe ; sa base s'appuie sur la visière ; sa hauteur sur les côtés est de 3, cm. Il présente au milieu une pointe arrondie de 10,3 cm de hauteur qui va rejoindre le cimier et qui est arrêtée par une vis en fer à tête demi-sphérique. Les deux bouts du bandeau sont rivés à la bombe, près des jugulaires.
Sur le milieu du bandeau est fixé par deux vis en fer trempé dont la tête est en dedans, un attribut en laiton estampé, représentant une grenade entourée de palmes (hauteur de cet ornement 7,4 cm ; largeur maxima 6,9 cm).
4° Deux jugulaires à mailles en fil de cuivre. Les maillons, au nombre de 19, présentent la forme d'un 8 couché et s'attachent par un 20e maillon de la forme d'un B, à la rosace de la jugulaire. Le bas de la jugulaire de droite se termine par un crochet en double fil de cuivre de 2,7 cm de long. Celle de gauche est garnie d'un bout de chaîne de 12 anneaux ronds en laiton (longueur de 11 cm) pour recevoir le crochet. Au bout de cette chaîne est une petite agrafe pour relever la chaînette quand la jugulaire n'est pas sous le menton.
Les rosaces des jugulaires sont en fer-blanc, de forme circulaire (diamètre 5,6 cm bordées d'un jonc en relief et estampées de rayons. Elles sont fixées au casque par un pivot, dont la tête est une étoile en laiton. Cette tige taraudée est reçue dans un petit tube servant d'écrou soudé à la bombe et qui forme tourillon à la jugulaire et à sa rosace.
Les jugulaires sont montées sur une garniture en cuir verni noir qui se prolonge sous la rosace et qui porte au milieu une agrafe plate pour maintenir la chaînette.
Longueur de chaque jugulaire, non comprise la rosace : 14 cm
Largeur du 1er maillon : 4,5 cm
Largeur de celui du bas : 1,7 cm
5° Un cimier formé de deux ailerons et d'un masque, en laiton.
Chaque aileron présente un triangle curviligne, dont la base se raccorde avec la bombe au moyen d'un rebord festonné, de 10 millimètres à 15 millimètres, orné de petites palmettes. Cette courbe de raccordement a 230 millimètres de développement. La courbe supérieure a environ 350 millimètres de développement depuis sa naissance sur la bombe jusqu'au milieu du saillant arrondi du cimier. En fin, la courbe intérieure rentrante, à partir de ce même point jusqu'à la bombe, a 150 millimètres de développement sur 130 millimètres de corde et 35 millimètres de flèche.
Les ailerons seront estampés en relief d'un encadrement en feuilles d'acanthe et au milieu d'une branche de laurier.
Le masque sert à joindre par-devant les deux ailerons auxquels il est soudé par ses bords qui sont ornés de filets. Il se termine carrément par le haut et au bas par un cul-de-lampe qui s'engage sous le bandeau et que traverse la même vis. (Largeur du masque en haut 40 millimètres ; au milieu 25 millimètres ; au bas 30 millimètres).
Indépendamment de la soudure avec le masque, les deux ailerons sont réunis entre eux par une cloison en fer-blanc, soudée de l'un à l'autre à la moitié de leur hauteur et sur un développement courbe de 130 millimètres environ et en outre par un recouvrement aussi en fer-blanc soudé à 5 millimètres en dedans des bords. Il présente deux interruptions : la première de 35 millimètres près du masque pour laisser passer le crochet de la chenille qui s'engage dans un petit tube soudé sous le recouvrement et ayant son orifice dans le vide de cette interruption. La deuxième est à 110 millimètres de la première et est également de 35 à 40 millimètres ; elle reçoit l'anneau de fil de fer à la chenille.
Le cimier est assemblé sur la bombe par la vis qui traverse le bandeau et le masque et par quatre vis semblables placées dans le rebord de chaque aileron à ses deux extrémités et reçues en dedans de la bombe dans des écrous cambrés en fer.
6° Une chenille, en crin écarlate, montée sur un fil d'or n° 20. Elle va en grossissant depuis le couvre-nuque où elle a environ 2,5 cm de tour jusqu'à sa tête qui en a environ 11 cm, et qui déborde le cimier d'environ 6 cm. Le fil de fer forme sous la tête de la chenille un crochet de 11 cm et vers le milieu un anneau au moyen desquels la chenille s'attache, ainsi que par une tige taraudée qui traverse la bombe à 30 millimètres environ au-dessous du cimier par-derrière, dans un trou pratiqué à cet effet. Un écrou cambré reçoit en dedans du casque cette tige à vis. Il est garni d'une rondelle en cuir.
7° Une garniture intérieure se composant d'un turban et d'une coiffe.
Le turban est en vache d'un seul morceau, hauteur par-devant 70 millimètres, derrière 40 millimètres. Il est attaché au casque par quatre vis en fer dont deux par-devant. Ce sont les mêmes qui fixent l'attribut du bandeau. Leur tête demi-sphérique aplatie est sur le turban que ces vis traversent ainsi que le casque pour aller se visser dans l'attribut. Les deux autres vis ont leur tête plate située au dehors du casque, un peu plus haut que les tourillons des jugulaires ; elles traversent la bombe et le turban et sont arrêtées sur ce dernier par un petit écrou de cuivre qui y est ajusté.
La coiffe est en forte basane noire lustrée, taillée à dents de loup, avec coulisse en fil noir passant dans les dents de loup garnies chacune d'un oeillet métallique. Entre le turban et la coiffe est un coussinet en percaline garnie en ouate de laine et qui est de la hauteur du turban.

Très bon état, la coiffe est décousue dans sa partie inférieure

CUIRASSE modèle à taille en acier plaqué d’une feuille de laiton composée d’une dossière et d’un plastron .
Plastron matriculé « 838 » bordé de 10 clous en laiton et doublé d’une feuille de laiton elle-même bordée de 6 rivets de laiton. Au centre est fixée une gloire en acier en forme de soleil rayonnant sur lequel est rapporté un insigne ovale en laiton estampé de l'aigle impériale sur fond sablé encadré de branches de laurier. Le plastron est marqué « Manufacture Impériale de Châtellerault avril 1865 2 ème taille largeur extra n° 243 ».
Dossière matriculée « 889 » bordée de 6 clous en laiton, doublée d’une plaque de laiton elle-même bordée de 6 rivets de laiton, garnie dans le haut de deux bretelles en cuir recouvertes d’une double chaînette en laiton à anneaux ronds entrelacés avec serrure en laiton, et dans le bas d’une ceinture en cuir noir. Dossière marquée « Manufacture Impériale de Châtellerault 1859 2ème taille .... largeur n° 488 ».

Très bon état.

France.
Second Empire.
Reference : 11192/21063

Prochaine mise à jour vendredi 14 mai à 13H30
Next update Friday 14th may at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 14. May um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).