PIPE EN ÉCUME DE MER DU MARÉCHAL OUDINOT, PREMIER EMPIRE.

Vendu
PIPE EN ÉCUME DE MER DU MARÉCHAL OUDINOT, PREMIER EMPIRE.

Pipe à palme en écume de mer, probablement d'origine allemande.
Couvercle à grille en forme de coquille et monture en argent finement ouvragée. Couvercle de la tige en argent avec en écriture curviligne "MARÉCHAL OUDINOT - DUC DE REGGIO". Tuyau en corne noire tournée et légèrement coudé en son sommet, sur 18 cm plusieurs tronçons de bois de cerfs de différents diamètres assemblés les uns aux autres. Absence des fils permettant l'ajustement du fourneau au tuyau.

Diamètre du fourneau : 22 mm
Diamètre de la mortaise : 14 mm
Hauteur du fourneau : 147 mm
Longueur totale : 660 mm

Très bon état.

Allemagne.

Premier Empire.

Né le 25 avril 1767 à Bar-le-Duc dans la Meuse, Nicolas-Charles Oudinot est le fils de Nicolas Oudinot et de Marie Anne Adam, est issu de la petite bourgeoisie meusienne. Son père est artisan-brasseur. Après des études dans sa ville natale puis à Toul, il s'engage dans le régiment du Médoc de 1784 à 1787 où il obtient le rang de sergent. Il le quitte au bout de quelques années. Revenu à la vie civile, il ne supporte pas l'ennui et se livre à quelques frasques. Il revient dans sa ville natale où il se marie avec Charlotte Françoise Derlin avec laquelle il aura sept enfants.

Il reprend du service quand éclate la Révolution et il est nommé chef du 3e bataillon des volontaires de la Meuse en 1791. Il se distingue en septembre 1792 par une belle défense d'une attaque prussienne du château de Bitche et reçoit la première blessure de sa carrière. Il fait 700 prisonniers.
Il obtient le régiment de Picardie dont le colonel venait d'émigrer.
Le 23 mai 1794, il se fraie un passage à la baïonnette à la bataille de Kaiserslautern, ce qui lui vaut d'être promu colonel. En juin 1794, attaqué près de Moclauter par 10 000 ennemis, il résiste pendant dix heures avec un seul régiment. Il opère ensuite sa retraite sans être entamé, et pour prix de cette conduite, il est fait général de brigade le 14 juin 1794.
Au mois de juillet suivant, il s'empare de Trèves par une manœuvre hardie et y commande jusqu'en août 1795. Passé alors à l'armée de Moselle, il est en octobre attaqué de nuit à la bataille de Neckerau, blessé de cinq coups de sabre, pris et envoyé en Allemagne. Échangé au bout de cinq mois, il retourne à l'armée et enlève Nordlingue, Donauworth et Neubourg. Au blocus d'Ingolstadt, où il doit lutter contre des forces décuples, il reçoit une balle à la cuisse, trois coups de sabre sur les bras et un sur le cou ; cependant, sans attendre que sa guérison soit complète, il rejoint sa division à Ettenheim et charge l'ennemi le bras en écharpe. L'affaire du pont de Mannheim, la bataille de Feldkirch et la prise de Constance, que défendait le prince de Condé, lui valent le grade de général divisionnaire.
Il sert sous Hoche, Pichegru et Moreau, puis en 1799 dans l'armée d'Helvétie sous Masséna. Blessé de nouveau à la bataille de Zurich, il devient chef d'état-major de Masséna, qu'il suit en Italie et avec lequel il soutient le siège de Gênes. Conservé par Brune dans les fonctions de chef d'état-major de l'armée d'Italie, il se distingue à toutes les affaires dont les rives du Mincio sont le théâtre, le jour de Noël 1800, et il est chargé de porter à Paris la nouvelle de la paix bientôt signée à Trévise. Après la bataille de Monzambano, Napoléon lui octroie un sabre d'honneur, puis la croix de la Légion d'honneur.
Il est élu en 1803 député de la Meuse, mais sans participer aux réunions de la Chambre.

Il fait la sélection des soldats pour former une division de grenadiers dans le corps de Lannes qui est surnommée « la colonne infernale ». Il faudra peu de temps à ces soldats d'élite pour être connus sous le nom de « grenadiers d'Oudinot ». Grand aigle de la Légion d'honneur en 1805, il part du camp de Boulogne à la tête de 10 000 grenadiers, s'empare de Vienne comme en passant, au bout de 45 jours de marche, se présente au pont du Danube que défendent 180 pièces de canon, arrache la mèche du premier canonnier autrichien, passe le fleuve, occupe la rive opposée avec sa division, et force à capituler toutes les troupes ennemies qu'il rencontre. Blessé à Wertingen il est remplacé par Duroc. Après avoir participé aux combats d'Amstetten, Oudinot, blessé encore une fois à celui de Juncersdorff, assiste, quoique convalescent, à la bataille d'Austerlitz, où il cueille de nouveaux lauriers. En 1806, il prend possession des comtés de Neuchâtel et de Valangin, puis il entre à Berlin.
Au commencement de 1807, il gagne en Pologne la bataille d'Ostrołęka, ce qui lui vaut le titre de comte et une dotation d'un million. Il se rend ensuite avec une forte division pour renforcer le corps du maréchal Lefebvre qui assiége Dantzig et amene la capitulation de cette place. Arrivés en retard à la bataille d'Heilsberg, le 10 juin 1807, après avoir parcouru 60 km à marche forcée, sans escales, ses grenadiers refusent de participer à l'assaut final et à la victoire contre les Russes, repoussant avec dédain une besogne qui n'ajouterait rien à leur gloire. Le 14 juin, attaqué à une heure du matin par 80 000 Russes dans la plaine de Friedland, il résiste jusqu'à midi, et alors Napoléon, survenant avec le reste de l'armée, remporte cette sanglante victoire qui est suivie bientôt de la paix de Tilsitt, signée le 25 juin. Au cours de l'entrevue, l'Empereur présente Oudinot comme le « Bayard de l'armée française » au tsar Alexandre.

Nommé comte de l'Empire en 1808, il ne part pas en Espagne. Gouverneur d'Erfurt en 1808, pendant la réunion des souverains, il continue de commander en 1809 les grenadiers réunis. Cette avant-garde, partout victorieuse, bat les Autrichiens à Pfaffenhofen le 19 avril. Il entre le 13 mai à Vienne, concourt à la victoire à Wagram, ce qui lui vaut d'être nommé maréchal, le 12 juillet 1809, et duc de Reggio avec une forte somme d'argent en 1810. En 1810, Napoléon lui confie le royaume de Hollande en remplacement de Louis Bonaparte, jusqu'à l'ouverture de la campagne de Russie. Placé alors à la tête du 2e corps de la grande armée, à la suite de la mort du maréchal Lannes pendant la bataille d'Essling, il se rend à Berlin, dont il est deux mois gouverneur, et participe ensuite à de nombreuses batailles jusqu'à ce que, grièvement blessé à celle de Polotsk, il doive remettre son commandement au général Gouvion-Saint-Cyr. Toutefois, en apprenant bientôt l'évacuation de Moscou, les premiers désastres français et la blessure de son successeur, il se hâte, quoiqu'à peine guéri, de rejoindre son corps. Il concourt, avec les maréchaux Ney, Mortier et Victor, à assurer aux débris de l'armée française le passage de la Bérésina, et est encore blessé.
En 1813, il est présent à la bataille de Lützen et combat glorieusement à la bataille de Bautzen, mais il essuie un rude échec à la Gross Beeren. Après sa défaite, ses troupes sont confiées au maréchal Ney, dont il partage, peu après, le sort à la bataille de Dennewitz. À la bataille de Leipzig, il combat encore ; mais quelques jours avant la bataille de Hanau, il tombe malade et est emporté mourant du théâtre de la guerre. Cependant, il prend part aux plus terribles affaires de la campagne de France en 1814, aux combats de Brienne et de Champaubert, ainsi qu'aux revers de Bar-le-Duc et de Laferté-sur-Aube. À la bataille de Brienne, il a les deux cuisses éraflées par un boulet de canon, puis à la bataille d'Arcis-sur-Aube, sa plaque de Grand Aigle arrête une balle qui aurait dû être mortelle. Après la capitulation de Paris et la déchéance de Napoléon, le duc de Reggio se voue tout entier au service de Louis XVIII, qui le nomme colonel général des grenadiers et des chasseurs royaux, et gouverneur de Metz. Malgré tous ses efforts et l'aide apportée dans cette tâche par le préfet de Metz, le comte de Vaublanc, il ne peut contenir que jusqu'à Troyes l'impatience de ses troupes qui l'abandonnent pour aller au-devant de Napoléon.

Il passe les Cent-Jours dans sa campagne de Montmorency. Il évite de s'impliquer pendant les Cent-Jours8 mais il se montre ouvertement opposé à la condamnation du maréchal Ney. Après la seconde Restauration, sur proposition du comte de Vaublanc alors ministre de l'Intérieur, il est nommé commandant en chef de la garde nationale parisienne, major-général de la Garde royale, Pair de France, ministre d'État, grand-croix de l'ordre royal de Saint-Louis, et enfin chevalier du Saint-Esprit.
Pendant l'Expédition d'Espagne en 1823, le maréchal Oudinot, à la tête du 1er corps d'armée, entre sans coup férir9 à Madrid, dont il reçoit du prince généralissime le commandement, et jusqu'à son départ pour Paris, il s'applique à maintenir le calme.
Quand éclate la révolution de Juillet 1830, Oudinot est encore un des quatre majors généraux de la Garde royale. Il prête serment au nouveau gouvernement, mais il paraît le bouder pendant quelques années ; puis, en 1837, il accepte le poste de grand chancelier de la Légion d'Honneur en 1839, qu'il n'a quitté, en 1842, que pour passer à celui de gouverneur de l'Hôtel royal des Invalides.
Le maréchal Oudinot est mort dans l'exercice de ces dernières fonctions le 13 septembre 1847, à six heures du soir. Il avait quatre-vingts ans.
Reference : 16388/4685

Prochaine mise à jour vendredi 25 Septembre à 13H30
Next update Friday 25th September at 13h30
Nächste Aktualisierung Freitag den 25. September um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).