header

UNIFORME DE PAUL COMTE de SAISY de KERAMPUIL, CHEF DE BATAILLON DES ZOUAVES PONTIFICAUX, Second Empire, 1868-1870. 27920

Vendu
UNIFORME DE PAUL COMTE de SAISY de KERAMPUIL, CHEF DE BATAILLON DES ZOUAVES PONTIFICAUX, Second Empire, 1868-1870. 27920

Boléro en drap bleu de ciel galonné de laine et noire à bords festonnés. Parements de la couleur du drap d'uniforme bordés d'un galon de laine noire surmonté de quatre tresses d'argent doré formant le grade de chef de bataillon. L'arrière de la manche se referme au moyen de 12 boutonnières garnies de petits boutons grelot en laiton doré (diamètre 0,8 cm) encadrée d'un galon d'argent doré(l 1,2 cm). Dos richement décoré de tresses de laine noire. Doublure intérieure ainsi que les manches en toile écarlate.

Gilet en drap bleu de ciel galonné de laine noire. L'avant est garni de 31 boutons grelot en laiton (diamètre 0,8 cm), doublé de toile blanche. L'arrière est en drap fin écarlate, doublé de toile blanche. Boutons en os.

Sarouel en drap de ciel bleu passepoilé d'un cordonnet en laine noire. Ceinture intérieure en toile beige. Boutons en laiton peint gris marqués « H. VELASQUE - NANTES ».

Guêtre en drap noir doublé de toile écrue, quatre boutons en métal laqué noir, sous pied en veau à boucle rectangulaire en fer laqué noir.

France.
Second Empire, 1868-1870.
Assez bon état, trous de mites sur le boléro, saroual avec trous de mite et accidents au drap.

PROVENANCE :
Uniforme provenant des descendants en ligne directe, jamais passé en collection privée jusqu'à ce jour. Monsieur le comte Hervé de Saisy de Kerampuil; lieutenant de Louveterie, chevalier de l'ordre du Mérite agricole, né en janvier 1922, décédé 31 janvier 2019, Madame Marguerite de Saisy de Kerampuil décédé 8 septembre 2023.

LA FAMILLE de SAISY de KERAMPUIL, UNE FAMILLE LIÉE AUX ZOUAVES PONTIFICAUX :

PAUL Césaire Emmanuel Marie Constantin comte de SAISY de KERAMPUIL
, né à Kersaint-Éloy (Côtes du Nord) le 29 février 1830. C'est un soldat qui va gravir tous les grades de sergent à celui de lieutenant-colonel ! C'est l'un des quatre chefs de bataillon des zouaves pontificaux, à Rome, de 1868 à 1870.
Engagé aux tirailleurs pontificaux franco-belges à Rome le 29 juin 1860, il sert avec le grade de sergent à Castelfidaro, le 18 septembre 1860, il est nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1860. Affecté aux Zouaves Pontificaux, le 1er janvier 1861, il prend le grade de lieutenant le 19 mars 1861, puis celui de capitaine le 18 juin 1861, et de chef de bataillon le 27 décembre 1868.
Au moment de la guerre, il est nommé commandant dans le garde mobile du Finistère en 1870. Nommé au grade de lieutenant-colonel en 1871 et de chevalier de l'Ordre de la Légion d’honneur en Août 1871. Devenu colonel des mobiles de Guingamp, puis chef de la 4e brigade de la division Cathelineau à l'armée de Bretagne, et, après la guerre, commanda, avec le grade de lieutenant-colonel, le 73e régiment d'infanterie territoriale.
Conseiller général, député du Finistère (1885-1889), et président du comité agricole de Carhaix, il fut élu sur la liste conservatrice de Finistère aux élections du 4 octobre 1885 ; il prit place à l'union des droites, combattit de ses votes la politique scolaire et coloniale des ministères républicains, et se prononça, dans la dernière session, contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement, pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, contre les poursuites contre le général Boulanger.
Paul de Saisy ne se représenta pas en 1889 et se consacra alors à la mairie de Plouguer.
Il décède le 26 avril 1894 à Rennes à l'âge de 65 ans, Inhumé le 1er mai 1894 - Cimetière Carhaix-Plouguer, Finistère. La sépulture de la famille de Saisy de Kerampuil est située devant l'église.

Campagnes : Colonne mobile « Marittima et Campagna » en 1860. Affaire de Ponte Corese, 1861. Campagne de 1867. Siège de Rome, 1870. Retraitre de Viterbe et siège de Rome. Campagne de France, comme lieutenant-colonel des Mobiles du Finistère.

Ordres et décorations : Chevalier de l'Ordre de PIE IX, médaille de Castelfitardo, médaille de Mentana et Bene Merenti, chevalier de l'Ordre Légion d'honneur.

Son frère le comte HERVÉ de SAISY de KERAMPUIL est né au château de Kersaint-Eloy en Glomel (Côtes-du-Nord) le 5 avril 1833, sous-lieutenant depuis 1861, il est en 1863 et 1864 au Régiment Étranger, il séjourne aussi plusieurs années à Sidi-Bel-Abbès, il a participé aux campagnes d’Italie et du Mexique, il se retire comme capitaine, engagé aux Zouaves Pontificaux. Son action dans les États Pontificaux lui vaudra d’être fait officier de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand. En 1870 il est chef de bataillon de mobiles, pendant le siège de Paris, il assure un temps la protection de Trochu à la tête du bataillon de mobiles de Loudéac (Côtes-du-Nord).
Chevalier de l'ordre de la Légion d’Honneur en février 1871.
Député, puis Sénateur.
Les témoignages de l'époque parlent de lui comme un géant de 2 mètres 04 « capable de charger seul une barrique de cidre sur une charrette ».
Le 20 septembre 1860, Hervé de Saisy épouse à Rome Faustina Ténérani, fille de Piétro Ténérani, sculpteur, directeur général des Palais et Musées de Rome et ancien sénateur romain, qui lui donne une fille, Alix, née à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) le 8 janvier 1866.

CHARLES de SAISY de KERAMPUIL (cousin), né à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), le 23 octobre 1846. Il rejoint les zouaves pontificaux le 23 octobre 1867. Sergent le 20 décembre 1868. Cmpagne de 1867, siège de Rome en 1870. Il revint en France en 1870 à la chute de Rome pour prendre part aux combats contre les Allemands, à 24 ans il est blessé au combat de Brou le 25 novembre 1870, il décède à l'hôpital de Châteaudun le 4 décembre, après avoir été amputé de la jambe gauche, fracassée par un obus.

XAVIER de SAISY de KERAMPUIL (cousin), né le 2 février 1843 à Colombey (Meurthe). Il est enregistré dans l’annuaire comme simple Zouave le 31 janvier 1861, membre de la branche aînée de la famille qui après avoir participé à la campagne de 1870, il décède la même année à Libourne à 27 ans des suites de la guerre. Il passe à l'artillerie le 21 novembre 1861.


HISTORIQUE :
Le bataillon des Zouaves pontificaux, créé le 1er janvier 1861 sur le modèle des troupes de zouaves de l'armée française, dont l'uniforme exotique est très populaire au milieu du XIXe siècle devenu régiment au 1er janvier 1867, est constitué de volontaires, majoritairement français, belges et néerlandais, venus défendre l'État pontifical, dont l'existence est menacée par la réalisation de l'Unité italienne au profit du Piémont. Son histoire est corrélée à la dernière décennie de l'État du Saint-Siège (1860-1870). Le régiment est licencié le 21 septembre 1870 à la suite de la disparition des États pontificaux.

Le Bataillon des Tirailleurs France-Belges.
En 1860, le sort de l'État pontifical paraît critique. Les puissances catholiques se désintéressent de la question, aussi le camérier secret du pape Pie IX, Mgr Xavier de Merode, ancien militaire devenu pro-ministre des armes, décide de faire appel au général de Lamoricière pour réorganiser et commander l'armée pontificale. Pour augmenter les effectifs, Lamoricière recourt à l'enrôlement volontaire et fait appel aux États catholiques. Belges et Français constituent un bataillon de tirailleurs franco-belges (les plus gros contingents viennent de Bretagne et de Vendée) sous les ordres du vicomte Louis de Becdelièvre. Celui-ci tient personnellement à les doter de l'uniforme inspiré des zouaves, et adapté à la chaleur romaine. Assez mal accueilli par Lamoricière qui a bien d'autres problèmes plus urgents, il a le soutien de Mgr de Merode et du pape lui-même ; les tirailleurs sont donc appelés Zouaves pontificaux avant même la création officielle du corps. Les Piémontais écrasent les Pontificaux à la bataille de Castelfidardo (18 septembre 1860) et l'État du pape se trouve réduit au seul Latium. Le désastre fait affluer les volontaires à Rome : le bataillon des Zouaves pontificaux est constitué d'une partie des tirailleurs franco-belges et des Irlandais du bataillon de Saint-Patrick, auxquels s'étaient ajoutés, avant la bataille, les quelques « croisés » d'Henri de Cathelineau.
Joseph-Louis Guérin, séminariste nantais, blessé lors des combats, décède le 30 octobre 1860. Sa tombe, à Nantes, devint un lieu de pèlerinage très populaire ; on lui attribua même 35 miracles de guérison entre 1861 et 1864.
Dans te courant du mois de mai 1860, le bataillon Athanase de Charette venait se mettre à la disposition du général de La Moricière et recevait le brevet de capitaine. Il groupait immédiatement autour de lui quelques volontaires français, qui prirent part à l'expédition des Grottes San-Stefano. Cette opération, conduite par le colonel de Pimodan, était dirigée contre des bandes garibaldiennes qui avaient envahi la province de Viterbe.
Le 1er juin, M. de Becdelièvre était nommé chef de bataillon et désigné pour prendre le commandement du bataillon des Tirailleurs pontificaux.
Le 6 juin, un décret, contresigné par le général en chef, organisait les deux premières compagnies au point de vue administratif et militaire. Le 18 juin, une section hors-rang était créée.
Les deux autres compagnies furent formées au fur et à mesure de l'arrivée des Volontaires, presque tous français et belges.
Le bataillon des Tirailleurs franco-belges s'installait à Terni pour compléter son instruction ; à la date du 20 septembre 1860, il avait un effectif de 450 hommes, répartis en 4 compagnies actives et 1 de dépôt.
Le 8 septembre, le bataillon des Tirailleurs quittait Terni et, le 18, prenait une part des plus honorables à la bataille de Castelfidardo.
Une section, sous les ordres d'un sergent, était restée à Spolète et participait à la défense de la ville. Quelques volontaires seulement avaient suivi le général de La Moricière à Ancône.
Les Tirailleurs, qui n'avaient pu être dirigés sur Terni en temps utile, formèrent un détachement qui entra dans la colonne qui opéra dans la province de Frosinone, pour reprendre Ponte Corvo. Cette campagne a reçu le nom de « Marittima e Campagna ».
Après la capitulation de Lorette, le bataillon des Tirailleurs franco-belges se reforma à Rome, sous les ordres de M. de Becdelièvre, promu lieutenant-colonel ; il fut organisé à 6 compagnies, grâce à de nouvelles recrues arrivées après la campagne.
Vers la fin de novembre, en l'absence du lieutenant-colonel de Becdelièvre, le bataillon, sous les ordres du capitaine adjudant-major de Chillaz, fut dirigé sur la frontière de Toscane et rétablit l'ordre dans la province de Viterbe ; il rentra ensuite à Rome.
Nous avons publié dans ''L'Avant-Garde" la matricule des Franco-Belges jusqu'au 20 septembre 1860 ; nous complèterons ultérieurement cette liste dans le corps même de notre "Bulletin".
Nous avons fait exception pour les officiers. Tous, qu'ils aient appartenu aux Tirailleurs franco-belges ou aux Zouaves pontificaux, sont réunis dans le même état.

La création du corps des Zouaves pontificaux.
Le 1" janvier 1861, le bataillon des Tirailleurs franco-belges était dissout et le même jours était créé le
bataillon des Zouaves pontificaux, nom que « l'opinion publique et les Piémontais avaient déjà donné aux combattants de Castelfidardo. »
Le 25 janvier eut lieu l'expédition de Ponte Corese, brillamment dirigée parle lieutenant-colonel de Becdelièvre. Après la retraite de ce dernier, le bataillon fut placé sous les ordres du lieutenant-colonel Atlet, ayant pour second le commandant de Charette.
A la fin de 1861, le bataillon était porté à 8 compagnies, avec une section hors-rang.
L'année 1862 fut marquée par le combat de Ceprano (4 août).
Jusqu'en 1864, les Zouaves comptent entre 300 et 600 hommes puis l'effectif monte à 1 500 hommes puis 1 800 avant d'atteindre le maximum de 3 200 hommes peu avant la chute de Rome.
Entre 1861 et 1870 l'armée pontificale augmenta ses effectifs, jusqu'à compter 18 000 hommes dont 11 000 volontaires (parmi eux 3 000 Français, dont près de 40 % proviennent de Bretagne où de Vendée.
Le 11 avril 1866 une circulaire du Maréchal Randon avait autorisé la création de la Légion d’Antibes qui à côté des Zouaves pontificaux fournit des effectifs à l'armée pontificale, surtout en soldats de nationalité française.
Entre 1861 et 1870, il y a plus de 10 000 nouveaux engagés issus de 25 nationalités différentes. Les plus nombreux sont les Néerlandais, ensuite les Français et les Belges mais on trouve aussi des Suisses, des Allemands, des Italiens, des Canadiens et même des Américains. Sur 170 officiers, on compte 111 Français et 25 Belges. Leur aumônier est Mgr Jules Daniel, un Nantais, assisté par deux Belges, Mgr Sacré et Mgr de Woelmont.
L’un des engagés les plus connus est John Surratt (1844-1916), impliqué en 1865 dans l'assassinat d'Abraham Lincoln : ayant fui en Europe, il servit quelque temps dans la neuvième compagnie de Zouaves pontificaux, sous le nom de John Watson.
L'effectif français est issu pour plus du tiers des départements constituant les actuelles régions de la Bretagne et des Pays de la Loire. Cette affluence masque les apports non négligeables du Nord, de la région de Nîmes, et du sud du Massif Central. Si Belges néerlandophones et Néerlandais sont souvent d'origine populaire, la noblesse est bien représentée chez les Français et les volontaires belges francophones. Le duc de La Rochefoucauld-Doudeauville et son frère, le duc de La Rochefoucauld-Bisaccia, soutiennent financièrement l'entreprise en équipant complètement 1 000 hommes. Leur point commun est leur attachement à l'Église catholique romaine : leur combat est vu comme une croisade pour défendre la capitale du catholicisme et la liberté du pape contre le révolutionnaire Garibaldi et le roi Victor-Emmanuel II. Leur engagement religieux est souvent inséparable de leur engagement politique : nombreux sont les Français qui se réclament du légitimisme.
La Convention du 15 septembre 1864 et le départ de l'armée française donnèrent une nouvelle impulsion au recrutement du corps et, le 1'' janvier 1867, le bataillon devenait un régiment à 2 bataillons de 6 compagnies et 4 compagnies de dépôt.
Après la mémorable campagne de Mentana, le Régiment était organisé à 3 bataillons, qui comptèrent successivement 6, 7 et 8 compagnies, et 4 compagnies de dépôt.
Enfin en 1869, le Régiment reçut son organisation définitive : 4 bataillons à 6 compagnies et 4 compagnies de dépôt. C'est ainsi constitué qu'il assista à l'invasion de 1870 et au siège de Rome.
Le licenciement eut lieu le 21 septembre 1870.
Référence : 27920
Certificat
NOTRE SERVICE D'EXPÉDITION SERA FERMÉ
du mardi 21 mai au mercredi 5 juin. Comme vous le savez nous apportons le plus grand soin dans nos emballages, c'est pourquoi nous prenons le temps nécessaire pour assurer cette qualité et vous demandons votre compréhension. Les commandes seront expédiées à partir du 5 juin dans l'ordre d'arrivée des commandes.

Prochaine mise à jour vendredi 31 mai à 13H30
Next update on 31 may at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 31. may um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63


FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL ou Fedex avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).