header

PAIRE DE BOTTES « À L'ÉCUYÈRE » DU GÉNÉRAL Paul André Marie MAISTRE , Troisième République. 26356

Vendu
PAIRE DE BOTTES « À L'ÉCUYÈRE » DU GÉNÉRAL Paul André Marie MAISTRE , Troisième République. 26356

En cuir verni noir avec talon de 2,7 cm de hauteur. Longueur du pied 29 cm. H totale 51 cm.
Complétée d'une paire d'éperons en maillechort avec les courroies en cuir brun.

France.
Troisième République.
Très bon état.


BIOGRAPHIE :
Paul André Marie Maistre, né le 20 juin 1858 à Joinville (Haute-Marne) et décédé le 25 juillet 1922 à Paris, est un militaire français.
Paul André Marie Maistre est le fils de Pierre Hippolyte Maistre et de Thérèse Joséphine Adam. « Il fait toutes ses études secondaires au Petit Séminaire de Langres, depuis la Dixième où il est entré tout petit en 1866. Il y fut un élève modeste, laborieux et persévérant...La Philosophie terminée en 1875, Paul Maistre s'élança vers la noble carrière des armes où il devait rendre tant de services à la France ». Il épousera à Paris, le 18 novembre 1890, une New-yorkaise nommée Maria Rosa Blanca Hermandez de Figueroa.

- Élève de Saint-Cyr de 1879 à 1881 - Major de la Promotion Des drapeaux.
- 1er octobre 1881 : Sous-lieutenant
- Nommé Lieutenant « au choix ».
- 30 novembre 1887 : Capitaine
- 6 juillet 1897 : Chef de bataillon
- 24 juin 1905 : Lieutenant-colonel
- 1er octobre 1909 : Colonel
- 23 septembre 1912 : Général de brigade.
- 14 septembre 1914 : Général de division à titre temporaire.
- 27 octobre 1914 : Général de division
- 27 juillet 1920 : Général de division maintenu exceptionnellement en activité au-delà de la limite d'âge.

Postes occupés :
- 1909-1912 : Chef de corps du 106e régiment d'infanterie de Châlons-sur-Marne puis du 43e RI.
- 09/08/12-02/08/14 : membre du Comité technique d'État-Major.
- 02/08/14-12/09/14 : chef d'état-major de la IVe Armée.
- 12/09/14-01/05/17 : commandant du 21e Corps d'Armée puis 08/03/16 groupement Maistre puis 20/03/16 21e Corps d'Armée.
- 4/05/17-11/12/17 : commandant de la VIe Armée.
- 11/12/17-10/06/18 : commandant de la Xe Armée.
- 14/02/18-31/03/18 : commandant des Forces Françaises en Italie.
- 10/06/18-12/02/19 : commandant du groupe d'armées du Nord puis le 06/07/18 du groupe d'armées du Centre.
- 12/02/19-06/06/19 : inspecteur général d'armées (1, 3 et 4 armées).
- 29/05/19-23/01/20 : président de la Commission supérieure de défense.
- 30/01/20-25/07/22 : membre du Conseil Supérieur de la Guerre.
- 09/02/21-25/07/22 : inspecteur général de l'Infanterie.

Il entre le 31 octobre 1877 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en tant qu’engagé volontaire et grâce à l’obtention d’une bourse. Il sort premier de l’École et intègre le 1er octobre 1879 le 60e régiment d'infanterie en tant que sous-lieutenant. Nombreuses sont les lettres de satisfaction le concernant, il grimpe ainsi très vite les échelons de la hiérarchie : Lieutenant le 24 décembre 1882 au 82e RI puis au 76e RI et capitaine le 30 novembre 1887, au 45e RI puis au 95e RI Régiment d’infanterie).
Il devient chef de bataillon du 162e régiment d'infanterie, le 6 juillet 1897. Il prend ensuite la tête d’un bataillon du 90e RI puis du 82e RI.
D’octobre 1898 à février 1903, il enseigne l’histoire militaire de stratégie et de tactique générale à l’École supérieure de guerre.
Il accède au grade de lieutenant-colonel le 24 juin 1905 et intègre le 4e RI puis le 79e RI. Breveté d'état-major, il est nommé colonel le 24 juin 1909 et s’oriente tout d’abord vers le 136e régiment d'infanterie puis prendra ses fonctions successivement au 106e RI ; au cours de cette affectation, il écrit un ouvrage sur la bataille de Spicheren et au 43e RI.
Sa carrière prend de l’ampleur lorsqu’il est nommé général de brigade le 23 septembre 1912 et devient Chef d’État-major de la IVe Armée le 2 août 1914. Promu général de division le 14 septembre 1914, il se retrouve à la tête du 21e Corps d'Armée. Il prend ensuite le commandement de la VIe Armée le 1er mai 1917 puis de la Xe Armée, du 23 au 25 octobre 1917, Paul Maistre est victorieux à la bataille de la Malmaison dans l'Aisne, le 11 décembre 1917. Un rapport du général Pétain fait l'éloge de ses actions militaires.
Après ces nombreuses batailles, il est nommé le 12 février 1919, Inspecteur général des 1re, 3e et 4e Armées puis Président de la Commission supérieure de la Défense le 29 mai 1919. Un rapport en date du 9 août 1919, émanant du Ministre de la Guerre, Clemenceau, lui demande d’effectuer une mission d’inspection de la 10e Région.
Le 9 février 1921, il est nommé Inspecteur général de l’Infanterie. À son décès, de nombreux militaires notables feront part de leurs condoléances à l’Armée française.
La caserne Neufchâtel à Reims a été détruite pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite. En avril 1930, le 106e régiment d’infanterie y prend ses quartiers. En juin 1930, la caserne est baptisée caserne Maistre.
Référence : 26356
Certificat

LE SERVICE D'EXPÉDITION EST FERMÉ DU 24 FÉVRIER AU 3 MARS, LES COLIS SERONT EXPÉDIÉ À PARTIR DU LUNDI 3 MARS.
Prochaine mise à jour vendredi 1er mars à 13H30
Next update on 1 march at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 1 March um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL ou Fedex avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).