header

PAIRE D'ÉPAULETTES DU LIEUTENANT-GÉNÉRAL PIERRE CÉSAR GUDIN, Monarchie de Juillet

PAIRE D'ÉPAULETTES DU LIEUTENANT-GÉNÉRAL PIERRE CÉSAR GUDIN, Monarchie de Juillet

Elles sont brodées en frisure de torsades et paillettes dorées. Le corps est brodé d’un dessin figurant un galon à bâtons en forme de V bordé d’une baguette d’encadrement festonnée sur drap fin noir ; son écusson est décoré d’un bouclier au bord festonné, orné de trois étoiles en argent. Les franges sont en grosses torsades mates. Le contour se compose de trois tournantes : une grosse en bourdon mat et filé brillant roulée alternativement sur une âme en coton ; une seconde, intérieure, en petite milanaise mate tordue, mélangée d’une autre simple brillante ; une troisième, du même travail, est appliquée au-dessous de la grosse, à la naissance de la frange. Bouton d’uniforme 1830 (demi-bombé, doré au bruni et mat, estampé en relief d’un trophée formé de drapeaux et d’un bouclier timbré d'un coq et surmonté d’un casque), fixé en haut du corps d’épaulette ; une forte agrafe en laiton (cette agrafe s’engage dans un petit gousset cousu sur l’uniforme). Les épaulettes sont doublées de drap bleu foncé, et au niveau des franges de veau teinté jaune. L'une des épaulette est garnie d'un double cordon de passementerie dorée pour le maintient du cordon de grand officier de la Légion d'honneur.

Étiquette papier manuscrite au crayon de papier «Don du comte Gudin 28-12-1934» avec courte biographie

France.
Monarchie de Juillet.
Très bon état.

PROVENANCE :
Ancienne collection René VAN DEN NESTE, vente Thierry de MAIGRET.

BIOGRAPHIE :
Charles Gabriel César GUDIN, Comte, né le 30 avril 1798 à Bitche (Moselle), fils de Charles Étienne (Comte), marié à Mademoiselle Éva MORTIER de
TRÉVISE en 1836 ; décédé à Paris le 9 janvier 1874. Premier page à la Maison militaire de l’Empereur, le 15 juin 1812 ; supprimé, le 8 mai 1814 et réintégré,
lors des Cent-Jours, du 2 mai 1815 à juin 1815. Rentre dans la Maison militaire du Roi Louis XVIII comme surnuméraire aux gardes du corps, compagnie
de Wagram, le 16 juin 1814 (grade de sous-lieutenant). Lieutenant au 5e hussards, le 17 juin 1815 ; aide de camp du général Baron GUDIN, le 20 juillet
1815 ; mis en non activité, le 1er avril 1817. Lieutenant au 23e régiment de chasseurs (devenu 11e dragons), le 28 mai 1817 ; capitaine, le 26 février 1823 ; sert en Espagne, de 1823 à 1828 ; officier d’ordonnance du Général GUDIN, du 22 novembre 1824 au 26 octobre 1828 ; chef d’escadron au régiment de hussards
de Chartres (1er régiment), le 17 juillet 1830 ; sert en Belgique, en 1831 et 1832 ; lieutenant-colonel au 7e régiment de chasseurs, le 27 mars 1834 ; passe
comme colonel au 2e régiment de lanciers, le 19 février 1839 ; maréchal de camp, le 28 décembre 1846 ; commandant le département de l’Indre-et-Loire,
du 23 juillet 1847 au 9 mars 1848 ; mis à la disposition du gouverneur général de l’Algérie, le 31 octobre 1848 ; commandant la 2e subdivision de la 11e
division militaire, le 2 juin 1849 ; inspecteur général du 9e arrondissement de cavalerie, le 18 juillet 1851 ; général de division, le 3 janvier 1852 ; inspecteur
général de cavalerie, de 1852 à 1862 ; placé dans la 2e section du cadre de l’état-major général de l’armée (réserve), le 1er 1863 ; commandant la 2e division
militaire à Rouen, le 31 août 1870 ; commandant la 10e division militaire à Montpellier, le 19 octobre 1870 ; replacé dans la réserve, le 15 avril 1871 ; décédé à Paris, à son domicile, 14 place Vendôme, le 9 janvier 1874. Sénateur, en 1862.
Chevalier de la Légion d’Honneur, le 21 mars 1831. Officier, le 28 avril 1841. Commandeur, le 10 août 1858. Grand officier, le 15 août 1860. Chevalier de
l’ordre royal de Saint-Ferdinand d’Espagne, 1ère classe, le 18 novembre 1823 ; 2e classe, le 12 mars 1829. Officier de l’ordre de Léopold de Belgique, le 19
novembre 1840. Médaillé de Sainte-Hélène.

NOTE :
La dénomination de maréchal de camp est utilisée à la place de général de brigade sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, tout comme le grade de lieutenant-général remplace celui de général de division lieutenant-général. Cette dénomination disparaît définitivement en 1848.
Prix : 2 500,00 €
Destination Envoi recommandé Envoi Recommandé + Express
France frais de port 9,00 € 40,00 €
Europe frais de port 14,00 € 60,00 €
Monde frais de port 43,00 € 90,00 €
Assurance (1% du prix de vente) : 25,00 €
Référence : 23382/018
Certificat

Prochaine mise à jour vendredi 7 octobre à 13H30
Next update on October 7 at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 7. octobre um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).