header

HUILE SUR TOILE PORTRAIT DU COMTE JEAN FRANÇOIS AIMÉ DE JEAN, GÉNÉRAL DE DIVISION, Premier Empire

Vendu
HUILE SUR TOILE PORTRAIT DU COMTE JEAN FRANÇOIS AIMÉ DE JEAN, GÉNÉRAL DE DIVISION, Premier Empire

Portrait H 38 cm L 32 cm représentant le Général en petit uniforme avec plaque de l'ordre de la Légion d'Honneur et Grand Cordon. Il est représenté dans un grand médaillon ovale avec, en partie basse l'inscription «LE COMTE DE JEAN (sic)».
Présenté dans son cadre d'origine en bois doré H 48,5 cm, L 43 cm.

France, Premier Empire

Huile sur toile en bon état, châssis avec un montant fracturé en état moyen, cadre en bon état.

BIOGRAPHIE :
Jean François Aimé, comte Dejean (6 octobre 1749, Castelnaudary - 12 mai 1824, Paris), est un militaire français, général de la Révolution française, puis ministre de Napoléon Ier et sénateur du Premier Empire, qui finit sa carrière militaire et parlementaire (membre de la Chambre des pairs) sous la Restauration française.

Ingénieur militaire
Jean-François-Aimé Dejean naquit à Castelnaudary, le 6 octobre 1749. Fils d'un subdélégué de l'intendance de Languedoc, il fut destiné par son père à l'état militaire. Ses premières études faites à l'École de Sorèze, il en sortit en 1766, pour entrer à l'École royale du génie de Mézières (promotion 1769), d'où il sortit avec le grade de lieutenant en second.

Employé dans plusieurs places fortes, le zèle et les connaissances étendues du jeune Dejean le firent bientôt employer comme ingénieur ordinaire, et ensuite comme ingénieur en chef, depuis 1781 jusqu'en 1791. Il était en Picardie au moment de la Révolution. Les guerres de la Révolution française allaient ouvrir à ses talents une carrière qu'il devait parcourir avec distinction. Chevalier de Saint-Louis1, il fut nommé en 1791 commandant en second des gardes nationales de la Somme, puis membre de l'administration de ce département.

Général de la Révolution française
Il servit sous Dumouriez (1792-1793), et donna sa démission de capitaine du génie à la nouvelle de la mort de Louis XVI ; mais la lettre de démission fut retirée par lui, en raison des revers éprouvés par l'armée au même moment. Il servait déjà en qualité de chef de bataillon à l'armée du Nord, lorsque sa brillante conduite, à la prise de la citadelle d'Anvers, le fit nommer en 1793 commandant du génie sous Pichegru et directeur des fortifications. En juin 17951, il obtint le grade de général de brigade pour récompense des services qu'il avait rendus aux attaques de Courtrai et de Ménin, ainsi qu'aux sièges de Nimègue (18 brumaire an III) et d'Ypres (1794). Ce fut Dejean qui réunit secrètement en Hollande les bateaux et les agrès nécessaires pour tenter le passage du Rhin que Kléber effectua avec un succès complet dans la nuit du 5 au 6 septembre 1795, au-dessus de Düsseldorf. L'habileté et les talents qu'il déploya dans cette circonstance lui valurent le grade de général de division (10 octobre 1795).
De retour quelque temps après au quartier-général de l'armée du Nord, il en obtint (lorsque le général Beurnonville fut appelé à l'armée de Sambre-et-Meuse) le commandement en chef par intérim (avec celui des troupes franco-bataves), de septembre 1796 à septembre 1797. Il fut destitué, le 23 septembre 1797, pour avoir refusé d'associer son armée aux plaintes de l'armée d'Italie contre les Conseils. Le général Dejean fut mis immédiatement à la réforme. Il fut réintégré l'année suivante, sur la demande du comité des fortifications, dans ses fonctions d'inspecteur-général des fortifications.

Ministre de Napoléon Premier
Nommé conseiller d'État après la journée du 18 brumaire, le premier Consul lui confia plusieurs missions importantes qui le firent remarquer et comme administrateur et comme homme d'État. C'est ainsi qu'il fut successivement chargé de l'exécution de convention d'Alexandrie et de l'organisation du gouvernement de la République ligurienne. On lui confia, le 21 ventôse an X (12 mars 1802), la direction (ministère) de l'administration de la guerre, et le 21 août de l'année suivante, il fut élevé à la dignité de grand-trésorier de la Légion d'honneur. Choisi par Napoléon Ier en avril 1805 pour présider le collège électoral de la Somme, le même collège le porta comme candidat au Sénat conservateur.

Dejean fut créé comte de l'Empire le 1er juin 1808. En 1809, lors du débarquement des Anglais dans l'île de Walcheren, il se rendit à Anvers pour y organiser des moyens de résistance. Peu de temps après, Napoléon retira au comte Dejean le portefeuille de l'administration de la guerre, pour avoir demandé un budget plus élevé que celui qui lui était alloué. Cette disgrâce ne fut pourtant que momentanée, et Napoléon le nomma bientôt premier inspecteur du génie (25 octobre 1808, chargé de l'inspection générale en Hollande le 21 avril 1810) et membre du Sénat conservateur (5 février 1810). En 1812, il fut élu président à vie du collège électoral d'Indre-et-Loire. La même année le vit présider la commission militaire qui condamna à mort les généraux Malet, Lahorie et Guidal.

Membre de la Chambre des pairs
L'Empereur ayant abdiqué, le comte Dejean adhéra au gouvernement provisoire de 1814. Louis XVIII le nomma son commissaire extraordinaire dans la 11e division militaire (Bordeaux : il n'y fit qu'un court séjour), chevalier de Saint-Louis, « pair de France » (membre de la Chambre des pairs), gouverneur de l'École Polytechnique et président du comité de liquidation de l'arriéré. Au retour de Napoléon en 1815, le comte Dejean devint membre de la nouvelle Chambre des pairs ; il fut réintégré dans ses fonctions de premier inspecteur du génie, et remplit, en l'absence du comte Lacépède, celles de grand chancelier de la Légion d'honneur. Après la bataille de Waterloo, il se prononça énergiquement contre l'opinion de la plupart des généraux qui s'opposèrent à la défense de Paris. « Il est bien étonnant ! s'écria-t-il, que des hommes qui ont été si braves toute leur vie montrent autant de faiblesse. »

À la seconde Restauration, l'ordonnance royale du 24 juillet 1815 le dépouilla de toutes ses fonctions, « mais il trouva dans l'estime et la reconnaissance de ses concitoyens la récompense des services qu'il avait rendus a l'État, et comme guerrier et comme administrateur » (Fastes de la Légion d'honneur). Cependant, il fut mis à la tête d'une subdivision militaire (10 décembre 1817), et rétabli, sous le ministère de Gouvion-Saint-Cyr (gouvernement Dessolles), dans l'emploi de directeur-général des subsistances, qu'il conserva jusqu'à la fin de 1820, époque où l'affaiblissement de sa santé le força de donner sa démission (il fut alors remplacé par le comte Andréossy). Le 19 mars 1819, il fut compris dans la fournée de pairs créée par le ministère Decazes. Il siégea la Chambre haute, « où il ne cessa de donner de nouvelles preuves de ses talents, de son austère probité, et de l'activité de son zèle pour les intérêts de la France » (Fastes de la Légion d'honneur), parmi les défenseurs des libertés octroyées par la Charte de 1814.

Le comte Dejean fut admis à la retraite comme inspecteur général du génie, le 19 septembre 1821. Victime, en 1823, d'une attaque d'apoplexie (congestion cérébrale), il fut frappé d'hémiplégie (il eut le côté droit de son corps paralysé). Le comte Dejean mourut dans sa soixante-quinzième année, le 12 mai 1824, à Paris, en l'Hôtel Bochart de Saron (17, de la rue de l'Université). Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise (40e division), Paris XXe.
Référence : 23016
Certificat

Prochaine mise à jour vendredi 9 décembre à 13H30
Next update on December 9 at 13h30
Nächste Aktualisierung, den 9. December um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63

FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l'authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description.
Un certificat d'authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l'époque, le prix de vente, accompagné d'une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué automatiquement pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros.
Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d'un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).