AIGLE DE DRAPEAU, MODÈLE 1815, PREMIER EMPIRE.

Vendu
AIGLE DE DRAPEAU, MODÈLE 1815, PREMIER EMPIRE.

L’aigle présente son profil droit, front très légèrement relevé, court bec busqué et fermé. Les ailes sont mi-déployées, légèrement plus basses que sur le Modèle 1804, plumes écartées, et extrémités pointées vers le bas, l’aile gauche tombant nettement en dessous du fuseau. Il est dressé sur sa serre gauche, en appui sur la mince terrasse du caisson (absente), tandis que la serre droite tient le fuseau de Jupiter sans éclairs, plus épais et placé plus en biais que sur le Modèle 1804.

Hauteur avant de l’aigle : 20,8 cm.
Hauteur arrière : 21,9 cm.
Largeur : 22,5 cm.
Hauteur de l'aile droite de l'aigle 15,9 cm (aile de gauche lorsqu'on examine l'aigle de face).
Hauteur de l'aile gauche de l'aigle 15,9 cm (aile de droite lorsqu'on examine l'aigle de face).
Longueur du fuseau : 14,2 cm.
Diamètre du fuseau : 2,2 cm.

Poids total : 1451 g.

Marquages : aucune marque extérieure visible.

France.

Époque Premier Empire (avril - mai 1815).

Bon état de conservation. L'aigle a en grande partie perdu sa dorure. Enfoncement léger sur la partie gauche de la poitrine de l'aigle et un autre moins visible à l'arrière de l'aile droite. Sur les bords extérieurs au niveau des ailes et de la tête sept petites entailles sont présentes, très certainement faites à l'époque suite à des coups d'armes blanches ; deux autres coups identiques sont présents sur le fuseau.
Quelques imperfections usuelles des soudures de la partie avant à la partie arrière de l’aigle.

PROVENANCE :
Aigle provenant de l'ancienne collection SAINT-AUBIN, cédée le 04 février 1936 à un collectionneur français, où elle resta en collection jusqu'en 2012.

RARETÉ :
Nous qualifions exceptionnellement de «rare» cet objet, tant ceux du Premier Empire authentiques sont par nature peu nombreux. Concernant ce type d'objet, une aigle modèle 1815 est particulièrement rarissime.

Nous basant sur l'ouvrage de Pierre Charrié "Drapeaux et Étendards de la Révolution et de l'Empire", et en complétant par nos visites de grandes collections ou de collections publiques, voici l'inventaire des aigles 1815 ; actuellement environ 76 aigles sont connues :

45e d'infanterie au Musée d'Edimburg.
52e d'infanterie vu en 1823 par un officier français, perdu depuis cette date.
86e d'infanterie (caisson refait sous le Second Empire) au musée de Genève.
105e d'infanterie au National Army Museum.
6e chasseurs à cheval en collection privée.
2e hussards au Musée de l'Armée à Paris.
2e Grenadier à pied de la Garde Impériale donné au Maréchal Oudinot, Duc de Reggio, par le Roi Louis XVIII en 1815.
Garde nationale, 67 aigles et 68 drapeaux ont été donnés par le Roi Louis XVIII à Wellington à Paris après la bataille de Waterloo, ils sont actuellement toujours conservés à Londres à Aspley Hiouse (maison du Duc de Wellington devenue musée).
Aigle sans caisson, retrouvée dans la Seine en collection privée.
L'aigle présentée aujourd'hui.

HISTORIQUE :

LES AIGLES DE DRAPEAUX DU PREMIER EMPIRE


Après la proclamation de l’Empire, le 18 mai 1804, Napoléon choisit l’aigle comme nouvel emblème de la Nation. Ce fut le peintre Jean-Baptiste Isabey qui dessina l’Aigle française figurant sur le sceau impérial.
Le 27 juillet 1804, Napoléon décida qu’une Aigle en bronze doré serait placée sur le sommet de la hampe des nouveaux drapeaux, étendards et pavillons tricolores. Il précisa que ce serait l’Aigle, et non plus la soie, qui constituerait essentiellement l’enseigne. Drapeaux et étendards prirent désormais le nom d’Aigles. Il fut prévu que chaque bataillon de troupes à pied et que chaque escadron de troupes à cheval recevrait une Aigle, soit un total de plus de 1 100 Aigles, y compris les 38 Aigles destinées aux pavillons de vaisseaux. Le caisson portait, à l’origine sur les deux faces puis uniquement sur la face antérieure, le chiffre du régiment.
L’Empereur tenait à remettre personnellement les Aigles : « Soldats, voilà vos drapeaux ! Ces aigles vous serviront toujours de point de ralliement ; elles seront partout où votre empereur jugera leur présence nécessaire pour la défense de son trône et de son peuple. Vous jurez de sacrifier votre vie pour les défendre, et de les maintenir constamment, par votre courage, sur le chemin de la victoire ». La première distribution, au Champ de Mars le 5 décembre 1804, fut la plus fastueuse et reste la plus célèbre, car immortalisée par le tableau de Jacques-Louis David. Le décret impérial du 18 février 1808 réduisant le nombre des Aigles à une seule par régiment, les Aigles excédentaires furent retournées à l’Administration de la Guerre et certaines furent à nouveau distribuées pour remplacer celles perdues au combat. Tout au long de son règne, Napoléon remit des Aigles lors de parades militaires dans la cour du château des Tuileries. L’article 1 du décret impérial du 25 décembre 1811 précisait : « Aucun corps ne peut porter pour enseigne l’aigle française s’il ne l’a reçue de nos mains et s’il n’a prêté le serment ». Toutefois certaines Aigles furent remises par le Ministre de la Guerre, et de rares autres par un officier général à des régiments éloignés lors de campagnes.
En 1810-1811, une nouvelle Aigle allégée fut distribuée à de nouveaux régiments ou à d’anciens autorisés à remplacer leur Aigle perdue. Fabriquée par Thomire sur le Modèle 1804, cette Aigle estampée est d’un poids réduit de plus de la moitié, mais d’une finition moins soignée. Lors de la commande des aigles pour la Garde Nationale le 28 mars 1815, Thomire facture 85 francs une aigle.
Après le retour de l’île d’Elbe, l’aigle Modèle 1815 fut conçue et fabriquée, et les distributions du 1er et du 4 juin 1815 revêtirent un caractère très solennel.
L’Aigle devait marcher avec la partie principale du corps où se trouvait le Colonel, et elle fut toujours farouchement défendue par les porte-aigles et le régiment. À Waterloo, le Général Pelet, alors qu’il se trouvait avec une poignée d'hommes et le porte-aigle des Chasseurs de la Vieille Garde, rallia ses troupes en criant, « À moi Chasseurs de la Vieille Garde, sauvons l'Aigle ou mourrons près d'elle ». Dans la défaite, l’Aigle fut dissimulée par des soldats prisonniers, enterrée ou détruite pour échapper à l’ennemi.

L'AIGLE MODÈLE 1815

Après la première abdication de Napoléon I, le 4 avril 1814, la presque totalité des Aigles avait été fondue sur ordre du gouvernement royal de Louis XVIII. Au retour de l’Empereur à Paris, le 20 mars 1815, de nouvelles Aigles, d’une allure sensiblement différente de celles du Modèle 1804, furent commandées en hâte à Thomire - Duterne et Cie. Les 292 Aigles réalisées furent solennellement remises au Champ de Mai, le 1er juin 1815, et aux Tuileries, le 4 juin 1815. La distribution du 1er juin concernait l’Armée : 8 Aigles pour la Garde Impériale, 132 pour les troupes à pied et 66 pour les troupes à cheval. Le 4 juin 1815, 87 Aigles furent remises à la Garde Nationale.
Référence : 3293

Prochaine mise à jour vendredi 22 Novembre à 13H30
Next update Friday 22th November at 13h30
Nächste Aktualisierung Freitag den 22. November um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE


bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63


FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l’authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description. Cette garantie est valable à vie. Un certificat d’authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l’époque, le prix de vente, accompagné d’une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué sur simple demande pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros. Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d’un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).