PAIRE D'EPAULETTES DU CHEF D'ESCADRON DRAGONS DE LA GARDE IMPÉRIALE :CHATRY DE LA FOSSE, DRAGONS DE LA GARDE IMPÉRIALE, DEVENU CORPS ROYAL DES DRAGONS DE FRANCE en août 1814, PREMIÈRE RESTAURATION E- CENT-JOURS.

Vendu
PAIRE D'EPAULETTES DU CHEF D'ESCADRON DRAGONS DE LA GARDE IMPÉRIALE :CHATRY DE LA FOSSE, DRAGONS DE LA GARDE IMPÉRIALE, DEVENU CORPS ROYAL DES DRAGONS DE FRANCE en août 1814, PREMIÈRE RESTAURATION E- CENT-JOURS.

Paire d’épaulettes entièrement en passementerie de fils, cannetilles et paillettes d’argent doré. Corps brodé d’une suite d’écailles bordée d’une baguette festonnée (L 7,5 cm, l 7,8 cm), terminé par un tablier en forme d’écus (H 6,8 cm, L 11,7 cm)au centre duquel est brodée une bombe enflammée (grenade H 4 cm; L 4,5 cm) et encadré sur son extérieur par trois tournante en passementeries dorées.

L’épaulette est garnie de franges à grosses torsades (l 5,5 cm), spécifiques aux officiers supérieurs.

La contre-épaulette est dépourvue de frange. Doublure en drap fin écarlate, étiquette du fabricant cousue, elle est en papier imprimée « HEBERT, POUPARD et JARRE Passementiers de la GARDE IMPÉRIALE, Rue S.-Sauver, N°. 14, a paris. »
Les épaulettes des Grenadiers à pied, Chasseurs à pied, Grenadiers à cheval et des Dragons de la Garde Impériale sont toutes en passementerie d’or avec une grenade brodée, excepté les Chasseur à pied où la grenade est entourée d’un cor de chasse. Le modèle réglementent aire veut que le corps de l’épaulette soit brodé d’un dessin figurant un galon bâton, la broderie représentant des écailles peut être attribuée au régiment des Dragons de l’Impératrice, en effet les épaulettes des régiments de cuirassiers et de dragons de la ligne sont pareillement décorées. Les doublures des épaulettes peuvent être indifféremment en drap de la couleur de l’habit ou en drap écarlate, comme c’est ici le cas.
Cette paire d'épaulettes a été achetée par CHATRY de LAFOSSE après sa nomination au grade de chef d’escadron, lors de sa nouvelle affectation. S’adressant au plus prestigieux des marchands passementiers de l’époque, HEBERT POUPARD (fournisseur de l’Empereur en personne). Toutefois depuis le retour de Louis XVIII au pouvoir, la garde Impériale est devenue Corps Royal de France, c’est pour cette raison que le passementier a dû adapter dans l'urgence d'intitulé de ses étiquettes et rayer la mention impériale…
Très bon état, oxydation d’usage des passementeries.
Ancienne collection Charles Marchal. Paire d’épaulettes reproduite page 60, dans l’ouvrage Dix Siècles de Costume Militaire, Henri Lachouque, Hachette, Paris 1963.
Entre 1814 et 1815, les chefs d'escadron des Dragons de la Garde sont au nombre de quatre. Deux d'entre eux sont nommés en 1813 : Claude Marie SACHON nommé chef d'escadron le 9 août, et Jean-Louis FRANÇOIS nommé le 28 novembre. Deux autres obtiennent le grade juste avant la chute de l'Empire : Charles Germain CHAMORIN nommé chef d'escadron le 16 mars 1814, immédiatement mis en non activité, et capitaine CHATRY-LAFOSSE nommé le 17 mars chef d'escadron, affecté au Corps Royal des Dragons de France en août 1814.
Jacques Louis Chatry de Lafosse est né le 8 décembre 1776 à Caen, il est entré au service du 9e régiment de Dragons comme simple soldat le 18 août 1799. Rapidement, il gravit un à un tous les échelons de la hiérarchie militaire. Nommé lieutenant le 7 ventôse An XII, il devient aide de camp du général Marmont, le 17 floréal An XIII. Après plusieurs affectations, il passe du 4e régiment de Cuirassiers aux Dragons de la Garde comme capitaine, le 28 mars 1813 ; promu chef d'escadron (rang de major), le 17 mars 1814, il est mis en non activité et en demi-solde du 1er décembre 1815 au 1er juillet 1818 et n'est admis à la retraite que le 17 août 1829. En 1830, il prend un poste à l'état-major de la place de Paris ; placé dans la réserve en 1839, le 12 avril 1848 il prend définitivement sa retraite. Six ans plus tard, le 23 juin 1854, il meurt à Paris. Ses états de services sont biens remplis, il a participé à tous les épisodes du Premier Empire : l'Italie, la Dalmatie, l'Autriche, la Russie, l'Allemagne, la France et la Belgique.
Le casque du capitaine Chatry de Lafosse fait partie des anciennes collections Raoul et Jean Brunon, devenues collections du Musée de l’Armée en 1967, mis en dépôt au château de l'Empéri, à Salon de Provence.

Historique

Le Corps Royal de France, dès les premiers jours de la Restauration, Louis XVIII mesure la menace que font peser sur la monarchie les anciennes troupes de la Garde Impériale. L’une des premières décisions prise par le souverain est d’exiler la Vieille Garde en province, pendant que les éléments de la Jeune Garde sont dissous et versés dans les régiments de la ligne. Le 12 mai 1814, le Roi ordonne la réorganisation des dragons de l’ex-Garde Impériale en « Corps Royal des Dragons de France », composé d’un état-major de 10 officiers, 10 dragons et de 4 escadrons de 2 compagnies chacun. L’ordonnance Royale du 21 juin 1814 prévoit un complet de 32 officiers et de 592 dragons. Louis XVIII espère ainsi calmer les plus bonapartistes de ses troupes, en cataloguant ce nouveau régiment comme corps d’élite, toutefois la fidélité à Napoléon n’en fut pas pour autant amoindrie ; dès les premiers mois de la monarchie, le nombre des déserteurs augmente ce qui rend l’organisation du corps assez difficile. Le 12 juin, Ney et Oudinot (tous deux maréchaux d’Empire puis pairs de France) reçoivent la mission de former ce régiment, mais l’organisation définitive a lieu le 7 août à Bourges. À cette époque l’effectif est de 56 officiers, 167 sous-officiers, 19 trompettes, 463 dragons et 6 enfants de troupe, alors que la veille (le 6 août) il y avait 74 officiers, 854 dragons et 6 enfants de troupe ! Pour apaiser les esprits, le colonel d’Ornano est nommé lieutenant général, colonel des dragons, par ordonnance du 19 novembre. Courant novembre, le régiment, en garnison à Tours, ne compte plus que 53 officiers et 618 hommes. Ce régiment ne sera chargé d’aucune mission militaire durant la Première Restauration, il devra attendre patiemment le rétablissement de la Garde Impériale, le 22 mars 1815, date à laquelle il reprend le nom de Dragons de la Garde Impériale pour quelques mois avant de livrer leur dernier combat à Waterloo où ils perdirent près de 275 hommes et 24 officiers !
Référence : 300

Prochaine mise à jour vendredi 20 Décembre à 13H30
Next update Friday 20th December at 13h30
Nächste Aktualisierung Freitag den 20. Dezember um 13.30


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE


bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63


FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l’authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description. Cette garantie est valable à vie. Un certificat d’authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l’époque, le prix de vente, accompagné d’une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué sur simple demande pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros. Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d’un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).