Portrait d’un capitaine de la Légion de Mirabeau, de l’Armée de Condé, vers 1792-1795, Révolution.

Huile sur toile. Portrait d’un Capitaine en uniforme noir avec collet, revers parements et leurs pattes, passepoils et doublure bleue céleste, bouton et galons de grade argent. Épaulettes or avec doublure et franges argent. Gilet en drap noir avec boutons et tresses argent. Culotte en drap bleu céleste galonné argent. Gant en peau de couleur chamois. Baudrier porte sabre en cuir blanc avec plaque en bronze doré de forme rectangulaire frappée de la fleur de lys et des initiales « LM » (Légion de Mirabeau). Le capitaine arbore à son bras droit le brassard de l’Armée de Condé en soie blanche à trois fleurs de lys, il est armé d’un sabre avec garde multibranches en acier. Il est décoré de la croix de Saint-Louis. Le casque dit à la « Rumford » avec bombe en cuir avec bandeau et cimier en laiton doré frappé des Armes de France et d’une tête de lion, crinière et houppette en crins blancs. Hauteur 62 cm, largeur 47,50 cm. Présenté dans un cadre en bois doré plus moderne.
Très bon état.

En 1791, le Prince de Condé, cousin du Roi, forme une petite armée, qui commence à s’organiser avec les nombreux officiers qui émigrent alors et quittent la France. En concurrence avec l’Armée des Princes et celle de Bourbon, l’Armée de Condé est la mieux organisée et la plus « professionnelle », et pourtant elle n’est pas employée en 1792. Lorsque les Coalisés veulent dissoudre toutes les troupes émigrées à la fin de l’Année 1792, (ce qui se fera pour les Armées des Princes et de Bourbon), le prince de Condé, qui a dépensé toute sa fortune à entretenir ses hommes demande que ses soldats soient pris à la solde de l’Autriche. Combattant pour le Roi, dans les rangs des Coalisés, essentiellement en Allemagne entre 1793 et 1797, les soldats de Condé, arborant au bras gauche un brassard orné de trois fleurs de lys noires (symbole du deuil de Louis XVI ), deviennent une troupe aguerrie, respectée par leurs adversaires républicains. Même si la mort est souvent donnée aux prisonniers, sur ordre des représentants en mission, comme traîtres à la Patrie ! À la fin de 1797, ce qui reste de l’Armée de Condé passe au service de la Russie, et est réorganisé.

En 1795, cette armée est forte d’environ 10.000 hommes soldés alors par l’Angleterre. Elle se compose de l’Infanterie (Régiment des Chasseurs Nobles ; Légion de Mirabeau ; Régiment de Hohenloe ; Régiment de Bardonnenche ; Régiment de Roquefeuille ; Régiment Alexandre de Damas ; Régiment de Montesson), de la Cavalerie (1er Régiment Noble ; 2e Régiment Noble ; Régiment du Dauphin ; Hussards de la Légion de Damas ; Hussards de Baschy du Cayla ; Chasseurs de Noinville ; Dragons de Fargues ; Chasseurs d’Astorg ; Dragons de Clermont Tonnerre ; Cuirassiers de Furange ; Chevaliers de la Couronne), et de troupes d’Artillerie du Génie, de Prévôté et de deux compagnies du quartier Général (une française et une Suisse).

Le colonel général propriétaire de la Légion de Mirabeau n’est autre que le Vicomte de Mirabeau. André Boniface, Louis Riquetti, chevalier puis vicomte de Mirabeau, est né à Paris le 30 novembre 1754. Le 6 novembre 1771, il entre comme sous-lieutenant non appointé dans les dragons de la Légion de Lorraine alors sous les ordres du chevalier de Viomesnil. Cinq ans plus tard, il passe au régiment Dauphin infanterie. À partir du 29 mai 1778, il sert comme capitaine au régiment de Nivernois. Envoyé aux Amériques, il va se distinguer contre les Anglais et le roi lui témoigna sa satisfaction en le nommant mestre de camp en second du régiment de Touraine.

Au mois de novembre 1790, il se rend à Turin auprès du comte d’Artois qui y réside depuis 14 mois chez son beau-père, le roi de Sardaigne. C’est pour lui demander de l’autoriser et de l’aider à lever une légion. André Boniface a, le premier, compris qu’il fallait se résigner à une résistance armée, devançant d’au moins sept mois l’organisation, à Worms, par le prince de Condé, de l’armée qui portera son nom dans l’histoire. Le comte d’Artois ayant accepté la création à ses frais de la légion, Mirabeau commence à recruter dans la région de Chambéry. Alors qu’il est à la tête de 100 officiers et de 300 hommes, il décide de rejoindre Condé.

La presse républicaine de Strasbourg se déchaîne contre Mirabeau et ses hommes qui n’ont pourtant rien entrepris encore, n’ayant ni équipement, ni arme. Ses articles, satiriques ou calomnieux irritent André Boniface. En réponse, le 3 avril, il débarque avec six hommes dans une île du Rhin, en chasse le poste de garde, invite les habitants à boire à sa santé et danse avec eux un rondeau avant de se retirer. Cette opération infirme la réputation de férocité répandue par les patriotes strasbourgeois, enthousiasme les légionnaires et favorise le recrutement. Le 13 mai, nouvelle opération de propagande : à la tête de 50 hommes, André Boniface occupe une île voisine de Rhinau, hisse le drapeau blanc et invite les habitants de la rive gauche à les rejoindre.
La Légion s’étoffe : de 640 fantassins et 134 cavaliers au 26 août, elle passe à 730 et 148 respectivement le 26 octobre. L’infanterie de Mirabeau comprenait des grenadiers, des chasseurs, des fusiliers et des « enfants perdus », sa cavalerie des volontaires, des hussards et des chasseurs auxquels s’ajouteront, 3 mois plus tard 50 uhlans. Il y avait même des artilleurs. Comme toujours en pareil cas le choix de l’uniforme appartenait au colonel propriétaire. La Légion se caractérisait par deux couleurs diversement associées : le noir et le bleu céleste. La première explique le nom de Légion noire de Mirabeau que l’histoire a retenu. Seule exception les chasseurs sont vêtus de vert sombre. Tous les membres de la Légion portent au bras gauche un brassard, appelé « suédoise », blanc, bordée en haut et en bas d’une bande bleu céleste, avec au centre une grande fleur de lys de même couleur, brodée ou en tissu découpé. En février 1792, la Légion passe sous la protection des Hohenlohe, elle va être complètement formée et instruite, à l’effectif de 1 497 hommes. Les ressources des princes s’épuisant, la paye de la solde devient irrégulière, obligeant pour y subvenir Madame de Mirabeau à vendre ses bijoux. Mirabeau, atteint d’une forte fièvre, est transporté à̀Fribourg à l’auberge de « l’empereur romain ». Il y est frappé d’apoplexie et meurt le 15 septembre 1792.

Mais si André Boniface n’était plus, sa Légion demeurait. Très affligée par la perte d’un chef qu’elle aimait, elle demanda et obtint que son cœur embaumé́ fut placé dans une boîte de plomb fixée à la hampe de son drapeau. Selon la coutume, la propriété de la Légion revint au fils de Mirabeau, Victor Claude. Mais celui-ci n’ayant que 4 ans, le commandant effectif fut assuré par le marquis de la Feronnière. Sous ses ordres, la Légion prend part brillamment à la campagne de 1793 au prix de lourdes pertes. Le 8 mai 1795, le marquis de La Feronnière quitte son commandement pour aller rejoindre la Vendée. La vicomtesse de Mirabeau, en qualité de tutrice de son fils, signe un contrat avec le comte Roger de Damas, aux termes duquel celui-ci devient colonel propriétaire de la Légion. Désormais Légion de Damas, elle aura une histoire glorieuse jusqu’en avril 1798 où ses diverses unités seront incorporées dans les régiments de l’armée de Condé lorsque celle-ci est prise à la solde de la Russie.

Cet historique est un résumé de l’article publié par le Docteur André Pages, à l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, en février 2003.

Prix : 3 300,00 €
France frais de port : 150,00 €
Europe frais de port : 200,00 €
Monde frais de port : 300,00 €
Assurance (1% du prix de vente) : 33,00 €
Référence : 1104/08
DURANT LA PÉRIODE ESTIVALE JUILLET - AOÛT les expéditions ne seront pas assurées aussi régulièrement, il n'y aura qu'un envoi par semaine (PAS D'EXPÉDITION DU 21 JUILLET AU 16 AOÛT).
avec vos commandes pensez à préciser si vous êtes absent durant cette période.

POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE


Prochaines mises à jour du site :

Vendredi 8 septembre 2017 à 13H30. Next update 8 september 2017 at 13.30 pm. Nächstes update am 8. september 2017 um 13.30


bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63


FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l’authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description. Cette garantie est valable à vie. Un certificat d’authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l’époque, le prix de vente, accompagné d’une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué sur simple demande pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros. Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d’un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).