MONTRE GOUSSET DU MARÉCHAL JOSEPH JOFFRE.

Vendu
SOUVENIRS DU GÉNÉRAL DE DIVISION, PUIS MARÉCHAL DE FRANCE JOSEPH JOFFRE « VAINQUEUR DE LA MARNE »,
PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : VAREUSE, KÉPI, PANTALON, MONTRE, PALME DE CROIX DE GUERRE.
(Vendus en un seul lot composé des références 12773-1, 12773-2, 12773-4, 12773-5, 12773-6)

MONTRE GOUSSET DU MARÉCHAL JOSEPH JOFFRE.

ATTENTION CETTE MONTRE EST VENDUE UNIQUEMENT AVEC LA VAREUSE, LA CULOTTE, PALME ET KÉPI DE MARÉCHAL DE FRANCE

Montre gousset en laiton doré, chaîne en bronze fermoir mousqueton. Double cuvette. Mouvement mécanique non signé. Chiffres romains et arabes du cadran noirs et rouges sur fond blanc. Manque les aiguilles. Décor extérieur avec rubans et feuillages, sur la face avant un médaillon gravé des initiales « JJ » encadré de trois étoiles, sur la face arrière quatre étoiles sont placées en partie basse. Diamètre 5,5 cm.

Assez bon état, le mécanisme ne fonctionne pas.

France.

Première Guerre Mondiale, vers 1916-1920.

BIOGRAPHIE :
Joseph-Jacques-Césaire Joffre (1852-1916-1931). Joseph Joffre, issu d'une modeste
famille de Rivesaltes dans les Pyrénées-Orientales, entre en 1869 à l'École Polytechnique. Ses études sont interrompues par la guerre et il fait ses premières armes au siège de Paris en 1870. Officier du Génie, il coopère aux travaux de défense de la capitale en 1874, puis de la région de Pontarlier en 1879. Après la guerre franco-allemande s'ouvre la période des conquêtes coloniales. Joffre va y participer et pendant quinze ans servir avec éclat sous les cieux les plus divers. Mis en 1885 à la disposition de l'Amiral Courbet pendant la guerre contre la Chine, il dirige les travaux de siège de Ba-Dinh, commande le Génie à Formose, puis Hanoï où il organise la défense du Haut-Tonkin. Au Soudan, en 1892, il dirige les travaux du chemin de fer de Kayes au Niger. Portant secours à la colonne Bonnier, massacrée près de Tombo
uctou en 1894, il s'empare de cette ville, y fait régner l'ordre et y organise la domination française. À Madagascar, il établit les défenses de Diégo-Suarez et est nommé Général de Brigade en 1901.
La carrière coloniale de Joffre est terminée. Rentré en France, il exerce de hauts commandements et parvient en dix ans à la tête de l'Armée. Directeur du Génie, Commandant d'une Division d'Infanterie, puis d'un Corps d'Armée, il est membre du Conseil Supérieur de la Guerre en 1910 et Chef d'État-major Général de l'Armée en 1911.
Le 2 août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la France, le général Joffre prend la direction des opérations avec le titre de Commandant en chef des Armées du Nord et du Nord-Est. L'invasion de la Belgique l'oblige à modifier son plan et à porter son effort principal vers le Nord, mais, se heurtant à des forces très supérieures, les armées françaises doivent se retirer. Joffre, doué d'une maîtrise de soi et d'une force de caractère peu commune, ordonne cette retraite et conçoit la géniale manœuvre de reprise de l'offensive. Manœuvre admirablement exécutée par les chefs et par les troupes, qui aboutit à la fameuse victoire de la Marne. Le titre de « vainqueur de la Marne » pare le nom de Joffre d'une gloire immortelle. Désormais, la guerre change de caractère, des lignes continues de tranchées séparent les armées adverses. Joffre mène une guerre d'usure active. Ce sont les offensives d'Artois, de Champagne en 1914 et 1915. Au cours de la bataille de Verdun, qui absorbe toutes les forces vives de l'Armée Française, il assure à son second, le Général Pétain, les moyens de la victoire et lance en juillet 1916 l'offensive de la Somme qui soulage le front de la citadelle. Joffre reçoit le 26 décembre 1916 le bâton de Maréchal de France. « La France entière, écrit le Général Lyautey, Ministre de la Guerre, attend du Gouvernement cet acte de reconnaissance et de justice. » Le Maréchal Joffre cède le commandement en chef des armées au Général Nivelle.
Après la guerre, il remplit en Amérique et au Japon des missions diplomatiques et est élu à l'Académie Française. Il meurt en 1931 et est inhumé en sa propriété de Louveciennes, près de Paris. Peu nombreux au cours de notre histoire sont les chefs d'Armée qui ont tenu entre leurs mains le destin de la France. Joffre fut de ceux-là et l'un des plus grands. Aux heures tragiques d'août et septembre 1914, il a sauvé son Pays.
« Livre d'or des Maréchaux de France » 1190-1952, sous la haute direction de Monsieur le duc de Lévis Mirepoix de l'Académie Française, Édition Lacour, Casablanca 1960.
Référence : 12773-1


POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE


Prochaines mises à jour du site :

Vendredi 21 septembre 2018 à 13H30. Next update 21 September 2018 at 13.30 pm. Nächstes update am 21. September 2018 um 13.30

bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63


FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l’authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description. Cette garantie est valable à vie. Un certificat d’authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l’époque, le prix de vente, accompagné d’une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué sur simple demande pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros. Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d’un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).