CARABINE OU MOUSQUETON TREUILLE DE BEAULIEU, SECOND TYPE (armement supérieur), SECOND EMPIRE.

CARABINE OU MOUSQUETON TREUILLE DE BEAULIEU, SECOND TYPE (armement supérieur), SECOND EMPIRE.

Canon : rayé de quatre rayures profondes de 0.4 mm, tournant de droite à gauche au pas de 0.75 m. Guidon demi-rond, sur embase faisant génératrice pour la douille du sabre. Hausse à curseur, fixée en avant du tonnerre, sur le canon se rabattant en arrière (sur d'autres exemplaires elle se rabat en avant, Jean Boudriot évoque dans son ouvrage consacré aux armes à feu, le montage à l'envers de certaines hausses). Culasse : la boîte de culasse (plus longue que sur le fusil-lance des Cent-Gardes) est percée verticalement, de part en part, d'un tunnel de section carrée dans lequel sont ménagés, à droite et à gauche, deux saillies guides et, en avant une rainure pour le taquet percutant. Culasse proprement dite mue par un ressort en V logé dans le fût, plus de courbure inférieure, mais une crête de chien supérieure mobile pouvant prendre la position verticale pour empêcher une cartouche trop faible de tomber par inertie en relevant l'arme. Monture : d'une seule pièce, avec une crosse très large, la cheville est curieusement placée près du busc. Garnitures : embouchoir en laiton à deux bandes séparées par une découpe, portant à l'avant en saillie le tenon du sabre-lance en fer, et à l'arrière le battant supérieur. Capucine classique en laiton. Sous-garde plus forte que sur le modèle du fusil-lance 1854 et sur laquelle disparaît le crochet ouvert du premier type. Le pontet en laiton, il possède en avant un passage carré pour la culasse, il se visse à la sous-garde à l'intérieur. La plaque de couche en laiton, de forme particulière à l'arme, est épaisse et assez concave. Deux coches de doigts. Pas de baguette. La baïonnette prévue pour ce modèle est le sabre-lance. Longueur de l'arme : 1.180 m. Longueur du canon : 0.735 m (au ras de la boîte de culasse). Calibre : 9 mm. Poids : 2.900 kg. État de conservation proche du neuf, canon avec légère oxydation de surface.

France.

Second Empire.

NOTE : Nous ne connaissons qu'une seule commande de 50 exemplaires de cette carabine. Le mousqueton d'essai reprenant toutes les dispositions secondaires du « fusil-lance », doit porter le sabre-lance, la génératrice embase de guidon est pratiquée, mais aucune des armes actuellement connues ne porte le tenon d'embouchoir. Il est probable que ce dernier n'était fixé et ajusté qu'au moment de la mise en service, l'assemblage n'étant pas standard. Cette arme, reprenant l'aspect du fusil des Cent Gardes, non munie du sabre mais pouvant le recevoir, est manifestement une amélioration du premier, destinée à le remplacer au fur et à mesure des besoins. Le mousqueton présenté n'a été fabriqué qu'à quelques exemplaires, celui-ci est en tous points identique à l'exemplaire conservé Musée de Saint-Etienne.

OBJETS DE COLLECTION : Ces armes furent fabriquées en petit nombre. Deux séries d'armes furent fabriquées pour les essais de tir : La première comportait un fusil de dragons, un mousqueton de gendarmerie et un pistolet. La seconde 10 mousquetons de gendarmerie et d'artillerie et quelques pistolets (nombre indéterminé). 150 fusils-lance modèle 1854 (1er modèle) fabriqués sur ordre de Napoléon III. Pour les armes du 2ème modèle, nous ne trouvons traces que de la fabrication de 50 mousquetons et 10 pistolets, prêts en décembre 1856. Il ne semble pas que les Fusils du 2ème modèle furent-ils mis en service aux Cent-gardes. Le mousqueton d'essai à l'état proche du neuf, que nous présentons, a la particularité d'allier un système de percussion Treuille de Beaulieu avec ressort-pontet et bloc coulissant vertical, avec un système de chargement par culasse mobile et percussion à aiguille pour cartouche à percussion centrale. La percussion par l'aiguille est mise en œuvre par la remontée du bloc vertical mis en mouvement par le ressort-pontet. Le long cylindre qui pénètre dans la chambre, montre d'autre part que les problèmes d'étanchéité n'étaient pas résolus. Ce prototype est bien marqué de l'Atelier de Précision mais non daté. Cette arme d'essai, qui possède encore le ressort-pontet des armes du 1er modèle, doit donc être antérieure à la fabrication des armes du 2ème modèle qui à été prise le 12 Juin 1855.

HISTORIQUE : L'escadron des Cent-gardes occupe une place particulière et très proche dans l'entourage de l'Empereur, il se singularise, dans tous les domaines, par rapport aux autres corps de la ligne et même par rapport à la Garde Impériale. Les décisions concernant les tenues, l'armement, les services étaient prises bien souvent directement entre l'Empereur et le Colonel Verly, Commandant l'Escadron, et ne furent pas l'objet de publications au Journal Officiel Militaire. L'Armée Française n'envisagea véritablement de se doter d'un fusil se chargeant par la culasse que vers 1850, véritable révolution qui allait profondément modifier l'art de la guerre. C'est la Commission de Vincennes qui fut chargée des essais des différents types d'armes qui furent proposés (système Lepage, Aarcelin, Manceaux-Vieillard, Gastine-Renette, Clerville, fusil d'essai à aiguille). Parallèlement à ces systèmes, un armement d'essai fut pourtant mis en service à l'Escadron des Cent-gardes, ce fut le fameux système Treuille de Beaulieu. Treuille de Beaulieu, capitaine adjoint au Directeur de l'Atelier de Précision, au Dépôt Central de Paris, réalise, avec des pièces réglementaires d'armes en service et des canons de calibre 9 mm de rayures diverses fournies par la Manufacture de Châtellerault, un mousqueton de Dragon à Chargement par la culasse qui sera présenté à Napoléon III, le 20 mai 1853. Le 24 janvier 1854, Napoléon III ayant décidé la création des Cent-gardes, n'attend pas les essais de tir demandés le 3 janvier 1854 par le Comité de l'Artillerie sur 10 Mousquetons construits au Dépôt Central sur le modèle présenté par Treuille de Beaulieu. Il ordonne la mise en fabrication immédiate de 150 Fusils-lances. Il envoie le Capitaine Treuille de Beaulieu à Châtellerault pour suivre cette fabrication et le nomme Chef d'Escadron le 14 février 1854. Un des aspects méconnu de Napoléon III est l'intérêt qu'il portait au développement de l'artillerie de son époque, de balistique et d'armes à chargement par la culasse. Les qualités de Treuille de Beaulieu seront rapidement reconnues par le Prince Président, puis Empereur, il se lie d'amitié avec l'ingénieur et ne tarde pas à lui faire part de ses vues sur l'élaboration d'une arme de conception entièrement nouvelle destinée à la cavalerie. Dans ce domaine il fut l'instigateur de nombreuses innovations, aidé en cela par la présence à l'Atelier de précision du Dépôt Central de l'Artillerie, Baron de Beaulieu, qui fut sans conteste l'un des Génies les plus inventifs et les plus féconds de cette période. Séduit par la sobriété de la carabine Flaubert, Louis Napoléon demande à Treuille de Beaulieu dont il reconnaît les qualités et qu'il sait être compétent, novateur, avec un remarquable esprit de synthèse et qu'il pense aussi indépendant vis-à-vis de l'état-Major, d'étudier une arme qui s'inspire le plus possible de cette dernière. Cette transformation d'une arme de salon en arme de guerre, semble aisée en théorie, mais c'est en vérité une véritable gageure. En 1851 l'Empereur fixe le cahier des charges d'une arme portative destinée à la cavalerie, il impose : le chargement par la culasse ; une cartouche portant son amorce ; ouverture de la culasse et armement par le même mouvement (Il faut pouvoir tirer immédiatement la cartouche en place) ; être rigide pour pouvoir recevoir un sabre-baïonnette de la longueur du sabre de cavalerie (Pour pouvoir faire une charge à la lance en cas exceptionnel). Ainsi débuta l'Histoire du système Treuille de Beaulieu, qui trouva son aboutissement avec la réalisation du « Fusil Lance Modèle 1854 » dit des Cent-Gardes, présenté le 18 Mai 1853 à l'Empereur, c'est un fusil conforme au cahier des charges de 1851… : Napoléon III, sans attendre les essais complémentaires, se fiant à son jugement et aux premiers rapports et voulant innover en équipant d'une arme de prestige sa garde personnelle qu'il était en train de créer, décide le 24 Janvier 1854 de faire réaliser par la Manufacture Impériale de Châtellerault « 150 Fusils Lance de Dragon conformes au modèle Treuille de Beaulieu » (l'Escadron des Cent-gardes fut créé le 24 mars 1854 et la dénomination exacte fut « Fusil-lance modèle 1854 » dit plus tard des Cent-gardes. Il tirait son nom d'une longue latte s'y adaptant comme une baïonnette pour en faire une lance d'un maniement fort malaisé). Le 24 Juin 1854, la première livraison de 30 fusils-lance est mise à la disposition de l'Empereur qui souhaite les avoir au commencement de Juillet. Ils seront vraisemblablement mis en service aux Cent-gardes à cette période. Le reste de la commande suivra jusqu'au 24 Décembre 1855. À cette date ils sont tous pris en charge par l'Escadron des Cent-gardes. Le 14 Février 1855, un ordre ministériel est donné à Châtellerault suivant les instructions données personnellement par sa Majesté à Mr Treuille de Beaulieu, relatif aux fusils-lance qui y restent « Les faire modifier au Dépôt Central et marche à suivre pour leur paiement par le Ministère de la Maison de l'Empereur ». En effet, Parallèlement à cette fabrication voulue par l'Empereur, les expériences se poursuivent conformément aux recommandations du Comité de l'Artillerie. Les 10 Mousquetons sont prêts le 30 Mai et le 12 Décembre l'Ecole de Tir de Vincennes remet un rapport détaillé sur les expériences. Ces armes du « 2° Modèle » seront prêtes le 16 Décembre 1856, mais en Mai 1857 l'Instruction de les mettre à l'Essai n'est toujours pas prête. Le rapport sur la fabrication et le prix de revient des 50 mousquetons et de 10 pistolets de cavalerie à chargement par la culasse du système Treuille de Beaulieu nous donne les informations suivantes pour le mousqueton : « Le CANON, en fer, est forgé sur une broche ordinaire et subit un premier usinage pour en approprier l'âme. Puis il est resserré à chaud sur toute la longueur, usiné une 2e fois, resserré de nouveau à chaud et usiné une 3e fois. La CULASSE, en acier fondu, est forgée pleine. Elle n'est pas soudée directement au canon, mais à un morceau de Fer plein. Ainsi allongée, elle est forée, et seulement ensuite soudée au canon. C'est la première de ces soudures qui a présenté le plus de difficultés, en raison de la grande épaisseur de métal, pas assez chaud au centre, trop en surface et qui, après usinage et garnissage, entraînait parfois l'apparition de défauts de soudure mis à découvert. Cette technique a nécessité de nombreux essais, sur la qualité de l'acier et le procédé à suivre et a entraîné de nombreux rebuts, d'où ralentissements et dépenses. Les platines et les garnitures n'ont guère présenté de difficultés. La monture a présenté des problèmes de mise en place très exacte de la sous-garde. Par ailleurs, l'écusson en laiton semble n'avoir pas la raideur nécessaire ». Les fusils fabriqués sont progressivement livrés à l'Escadron : une Note du Dépôt Central de l'Artillerie en date du 17 avril 1855 précise qu'il « porte en sortie dans ses comptes 75 Fusils-Lances et 150 Garnitures en cuivre de Gibernes » sur un Ordre du Ministre du 16 janvier 1855 (Dépenses arriérées de 1854)…
Une autre Note de la Maison Militaire de l'Empereur du 1° Juillet 1855 précise que l'Escadron des Cent-gardes à reçu « dans le courant de l'année 1854 ».75 Fusils-Lances et 150 garnitures en cuivres pour Gibernes » (il s'agit là des tubes métalliques pour l'intérieur des Gibernes permettant de garder, en sécurité, les cartouches à broches apparentes). Le 4 septembre 1855, le Président du Comité présentait le dossier et le 15 Septembre, le Ministre passait avis des ordres donnés pour la fabrication de 50 Mousquetons et 10 Pistolets (ainsi que 5.000 amorces et 1.000 cartouches). Il envoyait Treuille de Beaulieu à Châtellerault pour installer cette fabrication. Le 18 décembre 1855, sur ordre ministériel, un fusil-lance est remis à Mr le Chef d'Escadron d'Artillerie FAVE pour le Cabinet d'Armes de sa Majesté. Le 25 décembre 1855, les fusils-lance, commandés directement par l'Empereur, étaient tous pris en charge par l'Escadron des Cent-gardes, mais restaient au Dépôt Central jusqu'au 9 Juillet 1856 où on les faisait tenir à la disposition de l'Escadron. Le 16 décembre 1856, Le Ministre avisait le Comité que les 60 armes étaient prêtes et réclamaient l'instruction promise : celle-ci en mai 1857 n'était toujours pas prête, car le Comité avait besoin des armes et les demandait au Dépôt Central, où le Ministre les faisait envoyer, le 2 juin, suivies du Rapport de fabrication et de prix de revient de la Manufacture. Le 4 mars 1862 (selon l'auteur Christian Ariès), un Ordre Ministériel commanda de faire expédier sur Châtellerault « Un fusil-Lance des Cent-gardes présentant le type de ce modèle, avec les modifications qui y ont été apportées par les soins de Mr le Colonel Treuille de Beaulieu. Le Directeur de la Manufacture en a besoin pour en faire établir un pareil pour la Collection de la Manufacture et comme modèle pour les pièces de rechange demandées par l'Escadron des Cent-Gardes ». Leur usage limité et leur robustesse assurant une bonne conservation, on ne trouve pas trace, de demande de fabrication supplémentaire ni de demande de pièces détachées.
Prix : 14 000,00 €
Destination Envoi recommandé Envoi Recommandé + Express
France frais de port 15,00 € 60,00 €
Europe frais de port 30,00 € 80,00 €
Monde frais de port 75,00 € 180,00 €
Assurance (1% du prix de vente) : 140,00 €
Référence : 12026
POUR TOUT ACHAT, PAIEMENT EN PLUSIEURS CHÈQUES POSSIBLE

Prochaines mises à jour du site :

Vendredi 28 avril 2017 à 13H30. Next update 28 april 2017 at 13.30 pm. Nächstes update am 28. April 2017 um 13.30


bertrand.malvaux@wanadoo.fr 06 07 75 74 63


FRAIS DE PORT
Les frais de port ne sont calculés qu'une seule fois par commande pour un ou plusieurs objets, les envois sont tous recommandés, car c'est le seul moyen d'avoir une preuve de l'envoi et de la réception. Pour les colis dont la valeur ne peut être assurée par la Poste, les envois sont confiés à la société DHL avec valeur réelle assurée, le service est de qualité mais le coût est plus élevé.


DROIT DE RETOUR
Les objets peuvent être retournés dans un délai de 8 jours après leur réception. Il faut les retourner en recommandé aux frais de l'expéditeur, dans leur emballage d'origine, et dans leur état d'origine,


AUTHENTICITÉ
La sélection des objets proposés sur ce site me permet de garantir l’authenticité de chacune des pièces qui y sont décrites, tous les objets proposés sont garantis d'époque et authentiques, sauf avis contraire ou restriction dans la description. Cette garantie est valable à vie. Un certificat d’authenticité de l'objet reprenant la description publiée sur le site, l’époque, le prix de vente, accompagné d’une ou plusieurs photographies en couleurs est communiqué sur simple demande pour tout objet dont le prix est supérieur à 130 euros. En dessous de ce prix chaque certificat est facturé 5 euros. Seuls les objets vendus par mes soins font l'objet d’un certificat d'authenticité, je ne fais aucun rapport d'expertise pour les objets vendus par des tiers (confrères ou collectionneurs).